Législatives - Débats télévisés de Réunion 1ère :

J. Damour et M. Allamèle toujours en grève de la faim


Publié / Actualisé
Joseph Damour et Michel Allamèle, respectivement candidat du Front national et candidat sans étiquette aux élections législatives dans la 5e circonscription, poursuivent leur grève de la faim ce lundi 4 juin 2012. Depuis le jeudi 31 mai, les deux hommes protestent contre les débats télévisés de Réunion 1ère, considérant que la chaîne du service public n'accorde pas le même droit à la parole à tous les candidats et dénoncent le mépris de la direction à l'égard des "petits" candidats. Un recours a été déposé auprès du CSA (conseil supérieur de l'audiovisuel) "pour que la démocratie citoyenne soit rétablie".
Joseph Damour et Michel Allamèle, respectivement candidat du Front national et candidat sans étiquette aux élections législatives dans la 5e circonscription, poursuivent leur grève de la faim ce lundi 4 juin 2012. Depuis le jeudi 31 mai, les deux hommes protestent contre les débats télévisés de Réunion 1ère, considérant que la chaîne du service public n'accorde pas le même droit à la parole à tous les candidats et dénoncent le mépris de la direction à l'égard des "petits" candidats. Un recours a été déposé auprès du CSA (conseil supérieur de l'audiovisuel) "pour que la démocratie citoyenne soit rétablie".
Selon Joseph Damour, les débats de Réunion 1ère Télé sont "anti-démocratiques", puisque "tous les candidats n'ont pas les mêmes droits". "Si on a droit à la même visibilité sur les affiches, pourquoi pas dans les débats télévisés ?", s'interroge-t-il. Pour lui, la chaîne du service public choisit de mettre en avant certains candidats, "mais sous quels critères, ça on l'ignore". Michel Allamèle, qui l'a rejoint dans cette grève de la faim, lui "ne comprend pas comment il peut y avoir des sous-candidats". "En se prêtant à ce jeu anti-démocratique, Réunion 1ère cible les candidats potentiels d'être élus et empêche les autres de présenter leur programme pour les Réunionnais", ajoute-t-il.

"La direction nous a reçus le premier jour de grève, disant qu'elle répondait au code éthique du CSA. Elle nous a aussi expliqué que les candidats invités au débat étaient représentatifs des plus gros partis à La Réunion", indique Joseph Damour. Avant d'ajouter : "Or, par exemple, dans la 5e circonscription où je suis candidat, Jean-Hugues Ratenon faisait partie des candidats invités sur le plateau alors qu'il n'a ni parti politique, ni expérience électorale. Tandis que moi, je suis secrétaire régional du FN et j'ai déjà porté ma candidature à une élection à deux reprises".

Pour Joseph Damour, c'est "désolant que les élections se passent de cette façon et que tous les candidats n'aient pas le même traitement". Malgré un léger affaiblissement, il dit être prêt à continuer sa grève de la faim "pour l'ensemble des candidats" et "pour la défense des valeurs démocratiques". Il rappelle par ailleurs les grands axes de son programme pour La Réunion : la relance de la construction, la relance du projet tram-train, la diversification des cultures agricoles, et la suppression de l'assistanat.

En ce qui concerne les débats de Réunion 1ère, un recours a été déposé auprès du CSA. En attente de réponse, Joseph Damour et Michel Allamèle continuent leur combat.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !