Éducation :

La CGTR Educ'Action et le Saiper Pass 974 demandent la mise en place d'un plan d'urgence


Publié / Actualisé
La CGTR Educ'Action et le Saiper Pass 974 (Syndicat alternatif des instituteurs et des professeurs des écoles de la Réunion) ont appelé, ce lundi 18 juin 2012, au cours d'une conférence de presse, au rassemblement devant le rectorat le mercredi 20 juin à partir de 14 heures. Les deux organisations syndicales demandent la mise en place d'un plan d'urgence spécifique pour l'académie de La Réunion. Ils lancent également un appel aux sept nouveaux députés sur cette question.
La CGTR Educ'Action et le Saiper Pass 974 (Syndicat alternatif des instituteurs et des professeurs des écoles de la Réunion) ont appelé, ce lundi 18 juin 2012, au cours d'une conférence de presse, au rassemblement devant le rectorat le mercredi 20 juin à partir de 14 heures. Les deux organisations syndicales demandent la mise en place d'un plan d'urgence spécifique pour l'académie de La Réunion. Ils lancent également un appel aux sept nouveaux députés sur cette question.
Selon Patrick Corré, secrétaire général de la CGTR Educ'Action, l'académie de La Réunion est l'une des plus mal loties de France et accuse un retard en matière d'emplois publics mais aussi au niveau pédagogique. Alors qu'un comité technique ministériel doit rendre son arbitrage sur la distribution de 1 000 postes dans le secteur du premier degré, le syndicaliste, avec le Saiper, réclame qu'un plan d'urgence spécifique soit mise en place pour l'île. Un plan qui, souligne Patrick Corré, ne doit pas se limiter à la restitution de postes mis également à l'annulation des suppressions d'emplois prévus à en 2012-2013, concernant l'ensemble des filières et des personnels administratifs.

Le secrétaire général de la CGTR Educ'Action lance également un "appel pressant" aux nouveaux députés afin de "faire bloc" et "porter cette mesure". Un rassemblement est également prévu devant le rectorat ce mercredi 20 juin à partir de 14 heures. "Il est important que l'on se mobilise durant ces arbitrages. Il faut mettre à profit cette fenêtre", poursuit-il.

Enfin, lors de ce point presse, Patrick Corré a également tenu à évoquer le cas de 20 assistants d'éducation au collège Joseph Hubert de Saint-Joseph. Selon lui, le principal a décidé de refuser de signer la reconduction des contrats faute de moyens. "Quelques soient les raisons et motivations, on ne peut prendre en otage les personnels. Nous demandons au recteur d'intervenir", conclut-il.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !