Éducation nationale - 15 postes supplémentaires à La Réunion :

Pour le SE-UNSA, "il faudra faire plus et mieux"


Publié / Actualisé
Ce mercredi 20 juin 2012, le ministère de l'Education nationale a communiqué, lors d'une réunion du comité technique ministériel, la répartition des 1 000 nouveaux postes prévus dans le premier degré à la rentrée 2012. Ainsi, l'académie de La Réunion se voit doter de 15 postes supplémentaires. Pour l'organisation syndicale SE-Unsa, si ces postes sont un "premier signe attendu", elle estime qu'il "faudra faire plus et mieux".
Ce mercredi 20 juin 2012, le ministère de l'Education nationale a communiqué, lors d'une réunion du comité technique ministériel, la répartition des 1 000 nouveaux postes prévus dans le premier degré à la rentrée 2012. Ainsi, l'académie de La Réunion se voit doter de 15 postes supplémentaires. Pour l'organisation syndicale SE-Unsa, si ces postes sont un "premier signe attendu", elle estime qu'il "faudra faire plus et mieux".
Pour le ministère de l'Éducation nationale, cette répartition répond à plusieurs critères déterminants pour "corriger les injustices des suppressions de postes décidées par le gouvernement précédent", rapporte l'AFP. Parmi ces critères : le niveau d'encadrement, à savoir, le nombre d'enseignant par élève, la difficulté sociale et scolaire et la ruralité.

Ainsi, si les académies de Versailles et de Créteil sont les mieux loties dans la répartition des 1 000 postes, l'académie de La Réunion en obtient 15 supplémentaires. Ce qui n'a pas manqué de faire réagir les syndicats locaux.

Pour le SE-Unsa, "si la dotation supplémentaire de ces postes dans notre département est une rupture par rapport à la casse organisée de ces cinq dernières années (350 postes d'enseignants passés à la trappe à la Réunion), le syndicat estime qu'il faudra que "les difficultés propres à notre département soit mieux pris en compte dans la prochaine loi de finances". "Notre département compte trop d'écoles avec des effectifs trop lourds, il nous faudra des moyens supplémentaires pour les élèves en difficulté scolaire, pour les élèves handicapés, pour assurer les remplacements et globalement pour améliorer la réussite de tous élèves", explique le SE-Unsa.

L'organisation syndicale dit également "attendre beaucoup d'un dialogue constructif pour donner tout son sens à la priorité accordée à l'École et à la Jeunesse, par le Président de la République". "Le rôle des instances de concertation qu'est le CTA (comité technique académique) sera donc majeur à condition que les organisations syndicales soient mieux entendus", conclut le SE-Unsa.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !