Nouvelle route du littoral :

Le PCR : "Il faut se mobiliser pour empêcher l'irréparable"


Publié / Actualisé
La direction collégiale de la reconstruction du PCR (parti communiste réunionnais) s'est réunie ce lundi 9 juillet 2012 au Port et ses membres ont notamment pris position concernant le projet de la nouvelle route du littoral. Pour le PCR, ce projet "constitue une erreur d'aménagement, du fait de son coût exorbitant et de son tracé aléatoire en mer en dépit du bon sens au regard des changements climatiques". "Il faut donc se mobiliser pour empêcher l'irréparable", dit le PCR dans le communiqué que nous publions ci-dessous.
La direction collégiale de la reconstruction du PCR (parti communiste réunionnais) s'est réunie ce lundi 9 juillet 2012 au Port et ses membres ont notamment pris position concernant le projet de la nouvelle route du littoral. Pour le PCR, ce projet "constitue une erreur d'aménagement, du fait de son coût exorbitant et de son tracé aléatoire en mer en dépit du bon sens au regard des changements climatiques". "Il faut donc se mobiliser pour empêcher l'irréparable", dit le PCR dans le communiqué que nous publions ci-dessous.
"L'histoire relativement récente de La Réunion est marquée par des erreurs d'aménagement qui ont hypothéqué et qui hypothèquent encore son avenir et son développement durable.

On se rappelle la suppression du chemin de fer, contre l'avis des élus communistes de l'époque et la construction de la route du littoral actuelle en pied de falaise, alors que d'autres, dont les communistes, avaient préconisé un autre tracé.

On se souvient aussi de la réalisation du barrage de la rivière de l'Est, qui conduit au rejet en mer de plus de 500 000 mètres cube d'eau potable chaque jour, alors que la réalisation de l'usine hydraulique plus en amont aurait permis la récupération de toute cette eau, évitant ainsi un tel gaspillage.

Enfin, souvenons-nous aussi du basculement des eaux d'Est en Ouest pour lequel le PCR avait émis d'autres préconisations.

A chaque fois, les élus communistes et le Parti Communiste Réunionnais se sont opposés à ces choix, qui loin d'être pertinents, posaient des problèmes écologiques, à terme, insurmontables. Le pire c'est que souvent les choix définitivement acceptés, l'étaient à l'encontre du positionnement du PCR qui pourtant, ne se contentait pas seulement de critiquer mais proposait aussi des solutions crédibles.

Aujourd'hui, les décisions de la présidence de la Région Réunion concernant la nouvelle route du littoral procèdent de la même démarche et constitue une erreur de plus d'aménagement du fait de son coût exorbitant (1,6 milliards d'euros au départ et combien à la livraison ?) et de son tracé aléatoire en mer en dépit du bon sens au regard des changements climatiques. Il faut donc se mobiliser pour empêcher l'irréparable et faire surgir une solution appropriée et conforme aux objectifs du développement durable.

La Direction Collégiale a également décidé :
- d'une conférence de presse le mercredi 11 juillet 2012 dans le cadre de la visite du ministre des Outre-Mer à La Réunion.
- de reporter à la semaine suivante, la prochaine réunion du Conseil de la Reconstruction fixée initialement au 15 juillet 2012 en raison de la fermeture, toute la matinée, de la route du littoral".
   

1 Commentaire(s)

Elijay, Posté
Bonjour!

Il est grand temps que dans cette île le peuple Réunionnais redresse la tête et cesse enfin de tout accepter, en dépit du bon sens , et pour des raisons purement économiques! L'île remonte à plus de 4 millions d'années, nous y sommes présents depuis moins de 400ans, et quel saccage!

Qui viendra visiter et se dépayser sur une île bétonnée à outrance dans le futur!

Contre ce projet mégalo, servant surtout à satisfaire les égos, et contre tous ces autres projets insensés d'ailleurs, mobilisons nous , signons une pétition( celle de Marchau circule déjà), manifestons, bref agissons!

La Réunion ne doit pas perdre son âme au tout voiture et au tout béton. Le 21ème siècle sera celui du développement de l'homme en harmonie avec son environnement , ou le chaos.

La route doit être intégrée, enfouie le plus possible , en passage sous la montagne (1er tunnel à faible pente), pour déboucher sur le massif de la Montagne et désservir ce quartier, (ponts,tranchées couvertes, trémies, viaducs coûteront moins chers à construire que ce serpent de mer , pure hérésie!); puis un 2ème tunnel sous le massif, vers La Possession ( les hauts si possible,afin de prévoir un raccordement futur avec la Route des Tamarins.

Il faut bien sûr, comme cela avait été préconnisé, coupler le projet avec celui du tram-train( le tunnel partait du pont Vinh-San), au moins prévoir le passage du tram-train à proximité immédiate, dans un 1er temps.

A l'arrivée dans saint Denis le flot de circulation peut être alors dirigé vers le blvd sud, ou vers le barachois(futur blv Nord), via la bretelle actuelle d'acces à la route du littoral, qu'il suffirait simplement d'élargir.

C'est tout simplement à peu de chose prés le tracé qui avait été prévu pour le tramtrain pour franchir la montagne. En l'inscrivant au plus prés de la zone habitée, on épargnerait les espaces naturels.

"Réunion j'aime ton Béton!" n'a rien de vendeur, alors faisons vite, le temps presse...
Quand est-ce la prochaine manif?