Éducation Nationale - Affectation des postes :

Le PCR et l'AJFER veulent un recrutement local


Publié / Actualisé
Le parti communiste réunionnais (PCR) et l'Alliance des jeunes pour la formation et l'emploi à la Réunion (AJFER) soulignent dans des communiqués distincts que le ministre de l'Éducation Nationale, Vincent Peillon, a décidé que les Martiniquais ayant réussi le concours d'entrée dans la fonction publique seront affectés en Martinique. Le PCR et l'AJER demandent que le ministre prenne la même décision pour La Réunion
Le parti communiste réunionnais (PCR) et l'Alliance des jeunes pour la formation et l'emploi à la Réunion (AJFER) soulignent dans des communiqués distincts que le ministre de l'Éducation Nationale, Vincent Peillon, a décidé que les Martiniquais ayant réussi le concours d'entrée dans la fonction publique seront affectés en Martinique. Le PCR et l'AJER demandent que le ministre prenne la même décision pour La Réunion
Lors de la session extraordinaire de l'Assemblée nationale le mardi 17 juillet 2012, en réponse à une question du député de la Martinique Alfred Marie-Jeanne sur la nécessité d'affecter en Martinique les lauréats Martiniquais aux concours d'enseignants, Vincent Peillon a répondu : "d'ores et déjà, des mesures ont été prises. Comme vous le savez, les lauréats des concours précédents doivent accepter, ayant pris part à un concours national, les affectations qui leur seront attribuées, où que ce soit, sous réserves de conditions particulières d'un point de vue social ou de santé. Cependant, afin de remédier aux difficultés créées par la majorité précédente, qui blessent les territoires ultramarins, j'ai pris la décision, pour la rentrée 2012, de permettre que tous les contractuels ayant réussi le concours et ayant exercé en Martinique, soient affectés en Martinique".
Le parit communiste se félicte de cette déclaration et commente : "la situation de l'accès des jeunes aux postes de la fonction publique dans leur département prévalant à La Réunion comme dans les autres départements d'outre-mer étant comparable à la Martinique, il serait juste et légitime que l'engagement du Ministre pour la Martinique vaut pour La Réunion et tous les autres départements d'outre-mer".

Le PCR estime que la décision du ministre de l'Éducation nationale pour la rentrée 2012 "représente une avancée dans la lutte menée pour l'accès des ultra-marins aux emplois de la fonction publique". Surtout, ajoute le parti communiste, "elle montre qu'il est possible d'appliquer de façon pragmatique la loi pour prendre en compte la situation exceptionnelle des départements d'outre-mer et la revendication de priorité au recrutement local".

À l'AJFER, le ton est plus incisif. "À La Réunion, la situation est similaire, la lutte menée par les professeurs stagiaires en août 2010 en est un bon exemple", note le communiqué de l'Alliance des jeunes. Il ajoute qu'une délégation du mouvement a été reçue par Nathalie Puvilland, la porte-parole de Victorin Lurel , lors du passage du ministre des Outer-mer dans l'île. Nathalie Puvilland a expliqué que "la situation à La Réunion n'avait rien d'exceptionnelle" s'étonne l'AJFER. D'ailleurs, dit-elle encore, "lors de sa visite dans notre île, le ministre a annoncé "qu'il fallait aller frotter son esprit ailleurs"". Le tout, constate amèrement l'Alliance des jeunes "pendant que de nombreux agents sont en train de faire leur valise pour des postes que des jeunes formés à La Réunion peuvent occuper".

Le PCR et L'AJFER demandent aux députés de La Réunion "d'agir sans délai à l'instar de leur confrère Alfred Marie-Jeanne", afin d'obtenir du ministre Vincent Peillon "le même engagement pour La Réunion".

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !