Éducation nationale - Le gouvernement dit oui au recrutement local :

Pour le PCR, "il faut aller plus loin"


Publié / Actualisé
La semaine dernière, le ministre de l'Éducation nationale, Vincent Peillon, avait pris l'engagement de permettre à tous les contractuels ayant réussi le concours et ayant déjà exercé en Martinique, d'y être affectés en priorité dès la rentrée 2012. Il avait ensuite annoncé que ces mesures seront étendues pour La Réunion. Des mesures qualifiées d'"avancées" par Julie Pontalba et Yvan Dejean, membres du parti communiste réunionnais (PCR), au cours d'un point presse ce mardi 24 juillet 2012. Toutefois, selon eux, "il faut aller plus loin".
La semaine dernière, le ministre de l'Éducation nationale, Vincent Peillon, avait pris l'engagement de permettre à tous les contractuels ayant réussi le concours et ayant déjà exercé en Martinique, d'y être affectés en priorité dès la rentrée 2012. Il avait ensuite annoncé que ces mesures seront étendues pour La Réunion. Des mesures qualifiées d'"avancées" par Julie Pontalba et Yvan Dejean, membres du parti communiste réunionnais (PCR), au cours d'un point presse ce mardi 24 juillet 2012. Toutefois, selon eux, "il faut aller plus loin".
Pour Yvan Dejean, l'annonce de Vincent Peillon d'étendre dans l'île les mesures concernant le recrutement dans l'éducation nationale appliquées en Martinique est avant tout une "avancée". "Cette décision a ouvert une brèche et démontre qu'on peut déroger à la loi et qu'il faut aller plus loin. Dans ce sens, ce qui est possible pour les contractuels doit également être étendu au reste de la fonction publique", a-t-il indiqué Yvan Dejean. Rappelant que le PCR a été le premier à soulever la question de l'embauche local dans la fonction publique, il a également demandé la transparence sur les mutations et les recrutements.

Pour sa part, Julie Pontalba a insisté pour que le "gouvernement se penche plus que jamais sur le sujet" et valide le moratoire du PCR, réclamant que "tout poste qui se crée ou est vacant doit resté aux Réunionnais". "C'est une priorité", a déclaré Julie Pontalba, soulignant que "des emplois échappent aux Réunionnais".

La membre du PCR a ensuite affirmé que "d'après les estimations, ce moratoire permettra sur 15 ans la création de 15 000 à 20 000 emplois pour les Réunionnais dans la fonction publique". Un moratoire, dont la mise en ?uvre, a-t-elle ajouté, peut s'appuyer sur un texte datant de 2003 et qui permet une expérimentation "répondant à l'intérêt général". "C'est une chose réalisable", a-t-elle ajouté.

À noter que le mardi 31 juillet 2012, la ministre de la Réforme de l'Etat et de la décentralisation Marylise Lebranchu et le ministre des Outre-mer Victorin Lurel doivent rencontrer les parlementaires de l'Outre-mer.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !