Chambre de commerce et d'industrie de La Réunion :

Le projet de centrale d'achat intéresse la Nouvelle Calédonie


Publié / Actualisé
Après la chambre de commerce et d'industrie de Mayotte, la Nouvelle Calédonie s'intéresse aux avancées du projet de centrale d'achat de la chambre de commerce et d'industrie de La Réunion (CCIR). Depuis ce samedi 4 août 2012, une délégation néo-calédonienne est en mission dans l'île afin de s'inspirer de ce projet et s'appuyer sur l'expérience réunionnaise. L'occasion pour Ibrahim Patel, président de la CCIR, de rappeler, lors d'un point presse ce mercredi 8 août 2012, que la "vie chère est une problématique commune aux départements et collectivités d'outre-mer".
Après la chambre de commerce et d'industrie de Mayotte, la Nouvelle Calédonie s'intéresse aux avancées du projet de centrale d'achat de la chambre de commerce et d'industrie de La Réunion (CCIR). Depuis ce samedi 4 août 2012, une délégation néo-calédonienne est en mission dans l'île afin de s'inspirer de ce projet et s'appuyer sur l'expérience réunionnaise. L'occasion pour Ibrahim Patel, président de la CCIR, de rappeler, lors d'un point presse ce mercredi 8 août 2012, que la "vie chère est une problématique commune aux départements et collectivités d'outre-mer".
"La centrale d'achat est un projet qui plaît aux îles et capte toute l'attention de la population", a lancé Ibrahim Patel, en préambule. En effet, depuis ce samedi, une délégation de Nouvelle Calédonie est reçue à La Réunion. Cette visite de quatre jours fait suite à l'assemblée générale de l'association des CCI d'Outre-Mer (ACCIOM) qui s'est tenue en juillet dernier en Nouvelle-Calédonie et où le projet de centrale d'achat avait été évoqué. Un projet dont les avancées intéressent particulièrement cette délégation.

"La Réunion a été sollicitée pour apporter son expérience concernant ce projet. Je peux vous garantir que nous allons révolutionner le mode d'approvisionnement et que nous allons l'exporter dans les îles", a affirmé le président de la CCIR. Selon lui, "peu importe les différences ou la manière de fonctionner", les départements et territoires ultra-marins sont "soumis au même problème de vie chère".

Un constat qu'a confirmé Jean-Raymond Postic, directeur de cabinet du vice-président du gouvernement de Nouvelle Calédonie : "en Nouvelle Calédonie, les politiques, syndicats et hommes d'affaires sont à la recherche de solutions pour résoudre la question de la vie chère. Et parmi une des pistes évoquées, une centrale d'achat". "Grâce à notre statut, nous avons le pouvoir de mettre en place certaines choses mais nous n'avons pas assez de recul", a noté, pour sa part, Samuel Hnepeune, secrétaire général adjoint du vice-président du gouvernement de Nouvelle Calédonie.

Par ailleurs, lors de ce point presse, Ibrahim Patel a souligné "la bonne avancée" du projet de centrale d'achat avant d'annoncer le renforcement des équipes et lancement des actionnariats à partir du mois de septembre. "Aujourd'hui, 300 entreprises se disent favorables et prêtes à être actionnaire de ce projet, ce qui équivaut à cinq grandes surfaces en terme de m2. La CCIR a également identifié un terrain de 4 600 m2", a-t-il ajouté. Le conseil de surveillance et le directoire seront, eux, installés à partir de janvier 2013.

Enfin, le président de la CCIR a également rappelé que la stratégie de cette centrale d'achat est de permettre aux petits commerçants alimentaires de s'approvisionner autrement, de protéger le secteur de l'alimentaire de proximité, en difficulté depuis une dizaine d'années, et de ramener du monde vers ces petits commerces. "Nous ferons beaucoup d'heureux si nous réussissons", conclut-il.



   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !