Education - Rentrée repoussée par manque de contrats aidés :

La FCPE réclame des moyens de l'Etat pour garantir une stabilité d'emploi


Publié / Actualisé
Suite à l'annonce de l'association des maires de La Réunion comme de quoi la rentrée des écoles maternelles et primaires serait repoussée dans 23 communes de l'île, la FCPE (fédération des conseils des parents d'élèves) a publié le communiqué suivant, dans lequel elle demande notamment "que des moyens en conséquence soient déployés et qu'une convention cadre soit mise en ?uvre entre l'Etat et les collectivités afin de garantir une stabilité d'emploi".
Suite à l'annonce de l'association des maires de La Réunion comme de quoi la rentrée des écoles maternelles et primaires serait repoussée dans 23 communes de l'île, la FCPE (fédération des conseils des parents d'élèves) a publié le communiqué suivant, dans lequel elle demande notamment "que des moyens en conséquence soient déployés et qu'une convention cadre soit mise en ?uvre entre l'Etat et les collectivités afin de garantir une stabilité d'emploi".
"La FCPE prend acte de la motion de l'AMDR (Association des Maires de La Réunion), motion historique qui dépasse les clivages politiques et quasi-unanime, signée par 23 maires sur 24.

Il est fort déplorable que quelques jours à la veille de la rentrée scolaire, les élèves soient victimes de décisions mettant en péril la reprise des cours dans des conditions acceptables et amènent des problèmes d'organisation pour les parents d'élèves.

La problématique des contrats aidés devient récurrente, ne saurait être une solution et une variable d'ajustement en fonction des évènements de la société réunionnaise.

La FCPE a toujours revendiqué un recrutement de personnels formés sur des emplois pérennes car il existe bien souvent un fort turn-over dans les écoles maternelle, primaire, collèges et lycées de fait d'embauche d'une durée de 6 mois à 3 ans sans véritable perspective d'avenir. Faut-il souligner le travail des personnels qui accompagnent chaque jour nos enfants sur le trajet scolaire, dans et aux abords des établissements scolaires et qui contribuent aussi à la réussite des élèves.

Bien que des parlementaires aient déjà interpellé le gouvernement à ce sujet, la FCPE réclame que des moyens en conséquence soient déployés et qu'une convention cadre soit mise en ?uvre entre l'Etat et les collectivités afin de garantir une stabilité d'emploi. Car nous semble-t-il que la priorité du gouvernement actuel est l'Education et ne doit pas se résumer simplement à un rapport entre l'élève et l'enseignant.

La rentrée ne peut se faire dans les écoles maternelles si l'ensemble des conditions d'accueil, d'hygiène et de sécurité ne sont pas assurés. La responsabilité des maires est engagée et les parents ne sauraient accepter des conditions d'accueil au rabais".
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !