Rentrée repoussée en raison du manque de contrats aidés :

L'association des maires à nouveau reçue en préfecture


Publié / Actualisé
Nouvelle réunion décisive en préfecture ce lundi 13 août 2012. L'association des maires de La Réunion rencontre à nouveau le secrétaire général de la préfecture Xavier Brunetière sur la problématique des contrats aidés. Il s'agit de travailler plus globalement sur les besoins de chaque commune, et vraisemblablement de confirmer ou non si les marmailles bénéficieront de jours de vacances supplémentaires.
Nouvelle réunion décisive en préfecture ce lundi 13 août 2012. L'association des maires de La Réunion rencontre à nouveau le secrétaire général de la préfecture Xavier Brunetière sur la problématique des contrats aidés. Il s'agit de travailler plus globalement sur les besoins de chaque commune, et vraisemblablement de confirmer ou non si les marmailles bénéficieront de jours de vacances supplémentaires.
La rentrée scolaire aura-t-elle bien lieu le jeudi 16 août ? La réponse sera peut-être donnée ce lundi après-midi après cette nouvelle réunion entre l'association des maires de l'île et Xavier Brunetière. Vendredi dernier, à l'issue d'une rencontre de plus de trois heures en préfecture, s'il n'était pas en mesure de confirmer ou non le report de la rentrée, Roland Robert, président de l'association des maires, avait toutefois indiqué que Victorin Lurel, le ministre des outre-mers s'était dit "prêt", dans un courrier, "à réévaluer les besoins" en contrats aidés.

Pour rappel, ce mercredi 8 août, ne pouvant assurer convenablement l'hygiène et la sécurité des enfants, en raison de la suppression des contrats aidés, 23 communes de l'île sur 24 avaient décidé de reporter ultérieurement la date de la rentrée scolaire des écoles maternelles et primaires.

Les maires de La Réunion demandent, entre autres, au gouvernement de reconsidérer en urgence le quota des contrats aidés mis à disposition des communes. Ils réclament également à ce que ces quotas tiennent compte dans les années à venir des besoins des communes et du contexte socio-économique ainsi que la mise en place d'un accord-cadre avec l'Etat sur ces dotations annuelles, notifiées en début d'année sur la base de critères socio-démographiques.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !