Secteur de la petite enfance - Le conseil général ne reconduit l'aide transitoire (actualisé à 18h30) :

L'avenir des structures d'accueil menacé


Publié / Actualisé
"L'avenir des structures de la petite enfance est menacé". Tel est le cri d'alarme de la fédération départementale de la petite enfance (FDPE). En cause : la non reconduction d'une aide du conseil général dans le budget 2013 de ce secteur professionnel. Selon la FDPE, dans six mois, ce sont 1 800 emplois qui sont alors directement menacés et 4 500 familles qui risquent de perdre leur mode de garde. Elle demande qu'une table ronde soit organisée sous l'égide du préfet. Par ailleurs, le conseil général confirme, pour sa part, dans un communiqué, que "l'action volontaire en direction de la petite enfance, à savoir, le chèque marmailles, ne peut être maintenue dans sa forme actuelle du fait de l'accroissement sans précédent des dépenses de solidarité obligatoires".
"L'avenir des structures de la petite enfance est menacé". Tel est le cri d'alarme de la fédération départementale de la petite enfance (FDPE). En cause : la non reconduction d'une aide du conseil général dans le budget 2013 de ce secteur professionnel. Selon la FDPE, dans six mois, ce sont 1 800 emplois qui sont alors directement menacés et 4 500 familles qui risquent de perdre leur mode de garde. Elle demande qu'une table ronde soit organisée sous l'égide du préfet. Par ailleurs, le conseil général confirme, pour sa part, dans un communiqué, que "l'action volontaire en direction de la petite enfance, à savoir, le chèque marmailles, ne peut être maintenue dans sa forme actuelle du fait de l'accroissement sans précédent des dépenses de solidarité obligatoires".

Selon la FDPE, les structures de la petite enfance n’ont pas le coeur à la fête car leur viabilité est menacée. Elle déplore le fait que "malgré les engagements pris par la présidente Nassimah Dindar et les priorités annoncées dans son projet de mandature 2011-2014, l’avenir des jeunes enfants ne semble plus figurer dans les priorités du conseil général".

"Nos structures de la petite enfance viennent d’être informées de la non reconduction de l’aide transitoire soit environ 2 millions d’euros en moins dans le budget 2013. Nous avions déjà difficilement fait face à la disparition des aides pour les équipements, les jeux et le surcoût du personnel qualifié", explique-t-elle.

Rappelant que "ses structures fonctionnent en grande partie grâce au financement de la caisse d’allocations familiales, des mairies et du Département", la FDPE souligne que "cette suppression met en péril la survie de ces dernières à très court terme".

En effet, elle affirme qu’un "grand nombre de crèches, jardins d’enfants, lieux d’accueil parents-enfants sont en grande difficulté", soulignant que, "dans six mois, 1 800 emplois sont directement menacés" et "4 500 familles risquent de perdre leur mode de garde".

"La Réunion enregistre un des plus grand nombre de naissances d’Europe. L’épanouissement des jeunes enfants et le soutien à la parentalité ne sont-ils pas des axes majeurs ?", s’interroge alors la FDPE.

Elle demande l’organisation d’une table ronde sous l’égide du préfet. "Il y a urgence", conclut la FDPE.

Pour sa part, le conseil général réagit dans un communiqué publié en fin d'après-midi. Le Département confirme que "l'action volontaire en direction de la petite enfance (chèque marmailles) ne peut être maintenue dans sa forme actuelle du fait de l'accroissement sans précédent des dépenses de solidarité obligatoires".

Toutefois, la collectivité indique qu'"une allocation en faveur de la petite enfance a été votée lors de l'assemblée plénière du 7 novembre et sera intégrée dans le contrat de solidarité départementale (ex CCC) destiné aux communes qui sont, selon la loi, les autorités organisatrices de l'accueil des jeunes enfants sur leur territoire". Elle invite donc "les responsables et gestionnaires d'établissements d'accueil à se rapprocher de leurs communes". 

Le conseil général précise qu'"un courrier a été adressé à tous les directeurs et gestionnaires d'établissements d'accueil de jeunes enfants".
 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !