Grève devant le conseil général :

Une assistante familiale menace de mettre fin à ses jours


Publié / Actualisé
En milieu d'après-midi ce vendredi 30 novembre 2012, une assistante familiale a tenté de mettre fin à ses jours devant le conseil général à Saint-Denis. Installée devant les grilles du Palais de la Source depuis le matin, elle tenait à alerter sur la situation des assistantes familiales de l'île et pointe du doigt le positionnement de la collectivité en cas de suspicion de maltraitance dans une famille d'accueil. Les forces de l'ordre se sont rendues sur les lieux. L'assistante familiale a fini par se rétracter.
En milieu d'après-midi ce vendredi 30 novembre 2012, une assistante familiale a tenté de mettre fin à ses jours devant le conseil général à Saint-Denis. Installée devant les grilles du Palais de la Source depuis le matin, elle tenait à alerter sur la situation des assistantes familiales de l'île et pointe du doigt le positionnement de la collectivité en cas de suspicion de maltraitance dans une famille d'accueil. Les forces de l'ordre se sont rendues sur les lieux. L'assistante familiale a fini par se rétracter.

Pour rappel ce jeudi 29 novembre, l'appel du SAMFFA 974 (syndicat des assistants maternels et familiaux et des familles d'accueil), une vingtaine d'assistants familiaux venus de toute l'île, majoritairement des femmes, s’est rassemblée ce jeudi 29 novembre 2012 devant les grilles du conseil général. Ces dernières dénoncent le positionnement de la collectivité en cas de suspicion de maltraitance dans une famille d'accueil ainsi qu'un mépris de leur profession. Deux d'entre elles s’étaient enchaînées symboliquement "pour briser le silence".

Les manifestantes demandent à être reçues par Nassimah Dindar, présidente du conseil général.

   

1 Commentaire(s)

Fleur de canne, Posté
je suis nouvelle ds le métier,c'est vrai c'est un métier très dur qui n'a pas beaucoup de reconnaissance car on accueille des enfants en grande difficulté souvent.en faite on est parent éducateur assistante sociale,souvent la place est donné aux enfants, placé et nous notre famille elle est ou dans tout ça , on est confronté aux pressions du service, on est 24 h sur 24 avec l'enfant on a un malheureux smic;;;; mme la présidente voyez vous meme si il n'y avait pas les familles d'accueil ;;que ferions nous car quand un enfant est ds un foyer cela reviens plus cher,et surtout on travaille beaucoup ds l'ombre valorisez nous...
Illustration : Kwa Films

Kwa Films

37 reportage(s)