Huguette Bello interpelle Vincent Peillon :

Saint-Paul: le projet de décret sur les rythmes scolaires coûtera 5 millions


Publié / Actualisé
La députée maire de Saint-Paul Huguette Bello interpelle, dans un courrier, le ministre de l'Éducation nationale Vincent Peillon. Elle souhaite, en effet, attirer son attention sur les difficultés que soulève la mise en oeuvre du projet de décret sur les rythmes scolaires tant du point de vue organisationnel que financier. Ce projet coûtera 5 millions d'euros supplémentaires à la commune de Saint-Paul. Nous publions son courrier ci-dessous.
La députée maire de Saint-Paul Huguette Bello interpelle, dans un courrier, le ministre de l'Éducation nationale Vincent Peillon. Elle souhaite, en effet, attirer son attention sur les difficultés que soulève la mise en oeuvre du projet de décret sur les rythmes scolaires tant du point de vue organisationnel que financier. Ce projet coûtera 5 millions d'euros supplémentaires à la commune de Saint-Paul. Nous publions son courrier ci-dessous.

"Dans le cadre du projet de décret relatif à l'organisation des temps scolaires dont l'application est programmée à la rentrée d'août 2013, nous souhaitons attirer votre attention sur les difficultés que soulève la mise en oeuvre de ce projet tant du point de vue organisationnel que financier.

La réussite scolaire des enfants ainsi que le respect des rythmes naturels d'apprentissage et de repos de l'enfant font partie des priorités partagées par l'ensemble des maires de notre région. Un important travail de concertation a d'ores et déjà été engagé sous l'égide de l'Association des maires de la Réunion (AMDR). Si la portée de cette réforme est soulignée de manière unanime, il n'en demeure pas moins que le projet visant à l'organisation de la semaine scolaire soulève de nombreuses interrogations.

En effet, en raison de la diminution du nombre d'heures de classe, de l'augmentation du coût de la restauration mais aussi du fait de l'augmentation du temps de travail des ASEM et de celui des agents de la restauration et d'entretien, les communes devront faire face à une augmentation non négligeable de leurs dépenses de fonctionnement. Ainsi, la Commune de Saint-Paul a-t-elle estimé ses dépenses supplémentaires à 7503 000 euros alors que les recettes générées par la compensation financière exceptionnelle de l'Etat et l'aide éventuelle de la CAF ne devraient s'élever qu'à hauteur de 2470 000 euros. L'application de cette réforme générera donc une charge budgétaire supplémentaire nette de 5 000 000 d'euros pour notre collectivité.

Faute d'informations précises à ce jour, ces estimations ne prennent pas en compte différentes prestations qui pourraient être versées aux communes, notamment la Prestation accueil restauration scolaire (PARS), la Prestation de service (PS) pour le périscolaire ou encore à la Prestation de Service Enfance Jeunesse.

À ces nouvelles charges financières, s'ajoutent les conséquences liées à la réorganisation totale des plannings des agents communaux et du temps périscolaire, au transfert des activités physiques et sportives des clubs et à la mise en place d'un projet éducatif territorial aux contours encore flous.

Il va de soi que pour qu'elle puisse être appliquée rapidement et dans les meilleures conditions possibles, cette réforme des rythmes scolaires doit être assortie, dans le même temps, des moyens adaptés et à la mesure des ambitions qu'elle poursuit.

Par ailleurs, il est indispensable d'accorder toute sa place et le temps nécessaire à la concertation avec les parents d'élèves, les associations, les instances religieuses, les organismes de transport en sorte de répondre aux exigences de qualité du service public de l'éducation. Pour toutes ces raisons, nous vous saurions gré de bien vouloir accorder une attention particulière aux modalités d'application de cette réforme dans notre académie.

Ayant à coeur de créer pour nos élèves le climat éducatif le plus propice, nous nous tenons à votre entière disposition pour convenir ensemble des moyens à mobiliser pour mener à bien cette étape essentielle de la grande politique de Refondation de l'école que le gouvernement a entreprise".

   

Mots clés :

    Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !