Près de 40 000 dossiers en retard à la Caisse d'allocations familiales :

L'ARCP propose à la CAF d'embaucher des contrats d'avenir


Publié / Actualisé
Plusieurs membres de l'ARCP (alliance des Réunionnais contre la pauvreté) se sont rendus ce mardi 29 janvier 2013 au siège social de la CAF (caisse d'allocations familiales) à Saint-Denis. L'ARCP proteste contre la fermeture des espaces d'accueils des services de la CAF et souhaitait par la même occasion exprimer son "inquiétude face aux nombreux cas de familles en détresse". "A travers cette action, nous souhaitons aussi faire des propositions de réouverture des services et d'une gestion plus fluide des dossiers", indique l'ARCP. Une délégation a été reçue par la direction de la CAF. "Nous avons fait des propositions pour améliorer la situation, nous avons notamment proposé à la CAF d'embaucher 150 contrats d'avenir pour éviter ces fermetures à l'avenir", explique Jean-Hugues Ratenon, président de l'ARCP.
Plusieurs membres de l'ARCP (alliance des Réunionnais contre la pauvreté) se sont rendus ce mardi 29 janvier 2013 au siège social de la CAF (caisse d'allocations familiales) à Saint-Denis. L'ARCP proteste contre la fermeture des espaces d'accueils des services de la CAF et souhaitait par la même occasion exprimer son "inquiétude face aux nombreux cas de familles en détresse". "A travers cette action, nous souhaitons aussi faire des propositions de réouverture des services et d'une gestion plus fluide des dossiers", indique l'ARCP. Une délégation a été reçue par la direction de la CAF. "Nous avons fait des propositions pour améliorer la situation, nous avons notamment proposé à la CAF d'embaucher 150 contrats d'avenir pour éviter ces fermetures à l'avenir", explique Jean-Hugues Ratenon, président de l'ARCP.

L'ARCP a exprimé son "inquiétude face à la souffrance des familles en détresse" au directeur de la CAF. "Nous lui avons fait des propositions pour améliorer la situation, notamment celle d'embaucher 150 contrats d'avenir pour éviter les retards dans le traitement des dossiers", explique Jean-Hugues Ratenon. "Le directeur de la CAF nous a répondu qu'il devait faire face à des contraintes budgétaires, mais qu'il exposera les problèmes de La Réunion au niveau national, et il nous a proposé de nous revoir en mars prochain", ajoute-t-il.

Par ailleurs, le président de l'ARCP a fait part de son intention de "saisir le préfet" sur cette problématique. "Nous sollicitons le préfet pour qu’un recensement des besoins soit effectué
au niveau de la CGSS, du Pôle Emploi et c’est comme cela, que plusieurs centaines d’emplois d’avenir pourront être créés. Le moment est venu de donner du travail à la jeunesse", note l'ARCP.

Pour rappel, croulant sous les dossiers en attente, la Caf (caisse d'allocations familiales) de La Réunion a modifié les modalités d'ouverture de l'ensemble de ses lieux d'accueil (antennes, bureaux détachés, guichets d'accueil) depuis le lundi 21 janvier 2013 et ce, jusqu'à la fin du mois de février.

L'organisme a ainsi décidé de fermer ses portes au public le mardi et le jeudi pour permettre la mobilisation des services sur le traitement de quelque 40 000 dossiers en souffrance, et le paiement des droits aux familles allocataires dans les meilleurs délais.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !