Politique :

L'AJFER en guerre contre le cumul des mandats


Publié / Actualisé
En octobre 2011, l'AJFER (alliance des jeunes pour la formation et l'emploi à La Réunion) lançait une campagne de sensibilisation auprès de la population pour mettre fin au cumul des mandats des élus réunionnais. Dans un contexte politique différent, après les élections présidentielles et législatives, et à quelques semaines du projet de loi sur le non cumul des mandats, l'AJFER a lancé une nouvelle campagne contre les élus qui cumulent. Sur les 129 postes de conseillers régionaux, généraux, maires et parlementaires, 96 sont occupés par des cumulards, soit 74,5%, note l'AJFER.
En octobre 2011, l'AJFER (alliance des jeunes pour la formation et l'emploi à La Réunion) lançait une campagne de sensibilisation auprès de la population pour mettre fin au cumul des mandats des élus réunionnais. Dans un contexte politique différent, après les élections présidentielles et législatives, et à quelques semaines du projet de loi sur le non cumul des mandats, l'AJFER a lancé une nouvelle campagne contre les élus qui cumulent. Sur les 129 postes de conseillers régionaux, généraux, maires et parlementaires, 96 sont occupés par des cumulards, soit 74,5%, note l'AJFER.

Au niveau des institutions, le nombre de cumulards est plus élevé chez les parlementaires, 10 sur 11 soit 91% d’entre eux, note l’AJFER dans son étude. Ils sont suivis des conseillers généraux avec 88% de cumulards, puis des maires avec 83%, et des conseillers régionaux avec 51% d’élus en situation de cumuls.

Au niveau des partis, à l'exception du PCR qui subit la réorganisation des forces en présence, l’AJFER observe que c'est la gauche qui arrive en tête avec respectivement 100% et 89% de cumulards pour le PLR et le PS, tandis que l'UMP et le centre tournent autour des 70%, soit plus de 7 élus sur 10. Pour l'UMP, l’AJFER observe que "l'échec des législatives en 2012 a contribué de manière forcée à diminuer le nombre d'élus cumulards ainsi que la majorité régionale constituée par un scrutin de liste". "En revanche, c'est au centre que pourrait revenir la palme du super cumulard, avec Thierry Robert cumulant à la fois les mandats de maire, parlementaire, vice-président du conseil général, en plus de la fonction dérivée de vice-président du TCO. Nous ne pouvons que demander que cette situation soit régulariser au plus vite", souligne l’association.

L’AJFER note ensuite que Michel Fontaine est, à la fois parlementaire, maire et président d'une communauté d'agglomération. Il est suivi d'Huguette Bello et Patrick Lebreton, maire, parlementaire et vice-président d'une communauté d'agglomération. Jean-Claude Fruteau arrive à la cinquième position avec son mandat de maire et de parlementaire, puis Jean Jacques Vlody, parlementaire et vice-président du conseil général. Sont également pointés du doigt : Monique Orphée avec sa fonction dérivée au sein d'une communauté d'agglomération, ses mandats de parlementaire et de conseillère municipale, Ericka Bareigts, parlementaire et conseillère municipale, et Paul Vergès, parlementaire et conseiller régional. "Seule Jacqueline Farreyrol, un temps obligée de laisser des postes vacants pour cause de cumul des mandats, se retrouve aujourd'hui en situation de non-cumul", indique l’étude.

Pour l’AJFER, à quelques semaines du projet de loi sur le non cumul des mandats, il s’agit de "sensibiliser la population réunionnaises pour peser sur le choix de nos parlementaires, qui dans un premier temps doivent voter la loi, comme ils se sont engagés durant la campagne des législatives et mettre fin au cumul des mandats des les élections municipales de 2014". Disponible sur le site internet, www.noulekapab.com, l’enquête sera envoyée à chaque parlementaire de La Réunion et de France "afin de peser sur les débats". "Une pétition sera disponible sur internet et à la signature de la population durant toute notre campagne de sensibilisation", termine l’AJFER.

Une campagne d’affichage massive à l’échelle de l’île et des distributions de tracts auront lieu durant tout le mois de février.

 

   

Mots clés :

    3 Commentaire(s)

    Pierre 26, Posté
    Je suis d'accord pour le non-cumul des mandats,et je pense qu'il faut le mettre en oeuvre tout de suite,il en va de la crédibilité du PS et du président.Quant à Mr REBSAMEN, il ferait mieux de s'abstenir de tout commentaire,il renforce l'idée que les politiques n'exercent plus leurs fonctions dans l'intêret des citoyens,mais pour leur réelection et leur carriére.Qu'ils montrent l'exemple!.
    Gros piment, Posté
    Ti piment, les personnes que vous citez, sauf erreur de ma part, ne sont pas maire et parlementaire. Or, ce sont bien ces personnes qui sont particulièrement visées par cette nouvelle campagne et ce, d'une part car le projet de loi qui sera présenté à la fin du mois portera sur ce type de cumuls et d'autre part, car nous sommes à un an des élections municipale et donc d'un choix important pour enfin mettre fin au cumul des mandats. Je vous invite à jeter un oeil voir plus sur le dossier en ligne sur le site de l'organisation, pour voir qu'aucun parti ou personnalité n'est épargné. Je trouve vraiment dommage votre basse attitude et vos allusions médiocres qui rabaissent le niveau du débat et l'enjeu pourtant important!
    Ti piment, Posté
    Il ne manquerait pas le patriarche Verges sur la photo? L'enquête de l'AJFER aurait-elle été baclée. Sur son affiche il en manque, justement des têtes d'affiche ! Senateur Verges, dynastie Hoarau, famille Annette et consor... Où sont-ils passés? Ca fait tout drôle d'entendre de jeunes communistes dénoncer le cumul des mandats, alors que ce sont ceux là même qui ont tout cumulé justement pour garder la main mise sur La Réunion ces dernières décennies. Grâce à ces mêmes communistes cumulards que les 2 jeunes Leperlier tentent de faire leur trou dans le paysage politique de la Réunion. L'un à la CINOR, l'autre à la région, mais à les lire, faudrait croire qu'eux aussi en veulent plus... Mais n'oubliez pas jeunes gens, que pour cela, il faudra avoir le courage de vous soumettre au suffrage du peuple, comme l'ont fait ceux que vous dénoncez aujourd'hui : des élus, choisis et élus par les réunionnais.