Transfert des patients vers la métropole :

Air Austral aux côtés du SAMU 974


Publié / Actualisé
Depuis plus de 10 ans, par convention, le SAMU 974 régule l'ensemble des évacuations sanitaires effectuées sur les vols d'Air Austral. Il valide aussi l'embarquement des voyageurs présentant des pathologies particulières. Il s'agit en effet pour la compagnie de sécuriser ses vols, afin que la présence d'un passager avec des problèmes médicaux particuliers ne pose pas de difficultés.
Depuis plus de 10 ans, par convention, le SAMU 974 régule l'ensemble des évacuations sanitaires effectuées sur les vols d'Air Austral. Il valide aussi l'embarquement des voyageurs présentant des pathologies particulières. Il s'agit en effet pour la compagnie de sécuriser ses vols, afin que la présence d'un passager avec des problèmes médicaux particuliers ne pose pas de difficultés.

Outre les transferts sanitaires "classiques", essentiellement la néonatalogie (cardiopathies congénitales), les greffes cardiaques, les greffes hépatiques, les transferts sanitaires par voie aérienne sous assistance circulatoire (ECMO) se font exclusivement sur les vols de la compagnie aérienne.  Des transferts exceptionnels, selon le SAMU 974, car seul lui et l’UMAC (unité d’assistance circulatoire mobile) de La Réunion ont une expérience pour des transferts aériens longue distance de patients sous ECMO.  

Ainsi, huit patients ont ainsi été transférés sur la métropole sous ECMO. "Pour chaque patient, une équipe de 5 soignants est nécessaire : un chirurgien cardiaque, un perfusionniste, un réanimateur, un médecin urgentiste du SAMU 974 et un infirmier du SAMU. La surveillance est continue durant les douze heures de vol et l’équipe médicale dispose de tous les médicaments utiles pour la réanimation", indique le SAMU 974.

   

Mots clés :

    1 Commentaire(s)

    Saint-Paul Handisports, Posté
    Air Austral demande également cette autorisation pour des personnes ne présentant aucun risque de sante. Il suffit d'être porteur d'un handicap. Pour AA, un handicap est une pathologie. On arrive à des situation ridicule si le medecin urgentiste "oublie" de cocher le retour ; oui car il faut deux avis favorables. C'est arrivé à nos sportifs en Afrique du Sud. Et si on prend avion + train, c'est pas triste non plus. Berf, personne handicapée vous serez mieux traitées ailleurs et c'est pas plus cher. Il ne s'agit pas des condition à bord de l'avion qui sont bonne. Mais à quand un WC totalement accessible ?