Violences dans les collèges :

Le SNALC/FGAF dénonce les agressions


Publié / Actualisé
Le SNALC/FGAF "tient à apporter son soutien aux assistants d'éducation, professeurs et administratifs agressés". Le syndicat a publié ce communiqué ce jeudi 21 février 2013 "à la suite du débrayage des personnels du collège Titan au Port, et des agressions dans d'autres collèges de l'île" (Photo archives).
Le SNALC/FGAF "tient à apporter son soutien aux assistants d'éducation, professeurs et administratifs agressés". Le syndicat a publié ce communiqué ce jeudi 21 février 2013 "à la suite du débrayage des personnels du collège Titan au Port, et des agressions dans d'autres collèges de l'île" (Photo archives).

Le SNALC demande "des sanctions fermes contre les auteurs des agressions". Il ajoute "il est inadmissible qu’un climat de violence règne au sein d’un établissement scolaire. Les acteurs de ces violences à l’encontre des fonctionnaires doivent être punis comme le prévoit la loi".

Le SNALC  demande aussi "l’initiation dès le collège de voies professionnelles et technologiques pour donner aux élèves l’espoir d’une orientation réussie".

Le communiqué du syndicat rappelle que lors des dernières réunions du comité académique de l’Education nationale et du comité technique académique "le SNALC a demandé et obtenu  une réunion académique de travail sur la violence".  Le syndicat demande que cette réunion " se tienne le plus rapidement possible".

Par ailleurs, dans un second communiqué publié ce jeudi, le SNALC/FGAF "se réjouit de l’annonce de la ministre de la Fonction Publique de mettre fin à la journée de carence" en cas d'arrêt maladie déposé par un fonctionnaire. Le SNALC/FGAF dit voir "un signe d’apaisement dans les relations avec les fonctionnaires", mais ajoute qu'il "ne peut accepter la énième année de gel des salaires de ces derniers qui  induit avec le passage à l’euro un effondrement du pouvoir d’achat de ces personnels".

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !