CFTC - Suite à la visite de Najat Vallaud-Belkacem :

"Quand la démagogie s'arrête, les choses sérieuses commencent"


Publié / Actualisé
Dans un communiqué publié ce samedi 23 février, la CFTC réagit suite à la visite de la ministre des doits des femmes et porte parole du gouvernement Najat Vallaud Belkacem. Le syndicat estime que "le gouvernement est encore loin de la réelle prise de conscience qui permettrait de faire face aux défis de plus en plus nombreux et de plus en plus urgents qui menacent les grands équilibres socio-économiques de notre territoire". Il affirme également que l'exercice de porte-parolat de Najat Vallaud-Belkacem au parc des expositions de Saint-Denis "s'apparente à une campagne de propagande". Nous publions en intégralité le communiqué ci-après :
Dans un communiqué publié ce samedi 23 février, la CFTC réagit suite à la visite de la ministre des doits des femmes et porte parole du gouvernement Najat Vallaud Belkacem. Le syndicat estime que "le gouvernement est encore loin de la réelle prise de conscience qui permettrait de faire face aux défis de plus en plus nombreux et de plus en plus urgents qui menacent les grands équilibres socio-économiques de notre territoire". Il affirme également que l'exercice de porte-parolat de Najat Vallaud-Belkacem au parc des expositions de Saint-Denis "s'apparente à une campagne de propagande". Nous publions en intégralité le communiqué ci-après :

"En suivant avec attention et en direct les interventions de la ministre madame Najat Vallaud-Belkacem, aussi bien à l’Hôtel de Région le vendredi 22 février que ce samedi 23 février au Parc des Exposition, la CFTC  constate que le gouvernement est encore loin de la réelle prise de conscience qui permettrait de faire face aux défis de plus en plus nombreux et de plus en plus urgents qui menacent les grands équilibres socio-économiques de notre territoire.

Cet exercice de "porte parolat" qui s’apparente à une campagne de propagande, par une plaidoirie habile, et une brillante rhétorique toute théorique, vise à crédibiliser des promesses de changement en décalage et en totale incohérence avec la réalité socio-économique. 

Dans son discours et ses interviews madame la ministre répétait en boucle la phrase suivante : "il faut faire en sorte de développer les activités économiques " oubliant malheureusement que lorsqu’on est au pouvoir c’est d’abord pour faire et non plus pour dire ce qu’il faut faire.

Les quelques milliers de contrats aidés, les contrats d’avenir, contrats de génération, bien que mieux que rien, ne seront pas de nature ni aujourd’hui ni demain à inverser la courbe du chômage.

Le bouclier qualité prix, pas plus que le chariot type ou liste Cospar, n’ont contribué de façon significative à redonner du pouvoir d’achat à la classe moyenne et, encore moins aux plus nécessiteux.

Après bien des ministres de passage, malgré les promesses des Christian Paul, Brigitte Girardin, François Barouin, Dominique De Villepin, Marie-Luce Penchard et bien d’autres encore, que l’histoire oublieront, non seulement, la situation ne s’est pas améliorée, mais elle s’aggrave un peu plus chaque jour sur les chiffres du chômage.

Ce chômage actuel n’est que la résultante d’une logique économique, où règne en maître la finance, et où la comptabilité fait office de politique.

Madame la ministre et tous ses prédécesseurs dans les différents gouvernements précédents, à droite et à gauche, sont formatés par les mêmes grandes écoles, pour la plupart n’ont jamais connus la dure réalité de la vie des petites et moyennes entreprises, et sont déconnectés  du quotidien des classes moyennes et défavorisées.

Les mêmes causes produisant les mêmes effets, dans l’attente d’une vague de fond sur le plan économique qui inversera  la courbe du chômage, nous risquons de subir la vague de fond sur le plan social qui renversera la classe politique".

 

   

1 Commentaire(s)

Azzeddine, Posté
belle cuisse
Illustration : Kwa Films

Kwa Films

37 reportage(s)