Début de la campagne d'impôts sur le revenu :

Solidaires dit non "aux finances publiques non prioritaires" et aux "usagers pris en otage"


Publié / Actualisé
Les contribuables recevront bientôt dans leur boîte aux lettres leur déclaration des revenus 2012. Pour Solidaires, "commenceront alors les premiers flux vers les centres des finances publiques avec les désagréments d'un accueil du public dans des locaux inadaptés et des moyens humains insuffisants". Dans un communiqué, l'organisation syndicale dit refuser des "finances publiques non prioritaires" et des "usagers pris en otage".
Les contribuables recevront bientôt dans leur boîte aux lettres leur déclaration des revenus 2012. Pour Solidaires, "commenceront alors les premiers flux vers les centres des finances publiques avec les désagréments d'un accueil du public dans des locaux inadaptés et des moyens humains insuffisants". Dans un communiqué, l'organisation syndicale dit refuser des "finances publiques non prioritaires" et des "usagers pris en otage".

En effet, selon Solidaires, "l’administration des finances publiques est à nouveau la cible du gouvernement en terme de réduction des dépenses publiques". "Ainsi, après les 2 023 emplois supprimés (25 000 emplois en moins en 10 ans), une baisse des crédits de fonctionnement autour de 7% est confirmée. L’addition est lourde pour la direction générale des finances publiques", explique le syndicat.

Conséquences, les files d’attente s’allongent, notamment durant la campagne Impôt sur le Revenu, les périodes des avis de taxe d’habitation et de taxe foncière, note Solidaires. "Faute de personnel, l’écoute et la disponibilité se réduisent alors que la législation ne cesse de se complexifier et que les difficultés économiques et sociales s’aggravent. Les mauvaises conditions d’accueil (immobiliers inadaptés) réduisent l’accès au service public et l’égalité de traitement des citoyens", déplore le syndicat. Ce qui, indique-t-il, conduit à une "augmentation de la charge de travail à l’accueil", à une "dégradation des conditions de travail" et des "tensions et des incivilités".

Par ailleurs, Solidaires estime que "les agents et les missions sont victimes d’une modernisation irrationnelle". "Pour nous, agents, les missions de la direction générale des finances publiques doivent être essentielles dans cette période de crise. Pour les usagers, elles sont indispensables pour une meilleure justice fiscale et sociale", conclut Solidaires.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !