L'eau ne serait pas bonne à Bras-Panon :

Jean-Hugues Ratenon interpelle le préfet


Publié / Actualisé
Dans un communiqué, Jean-Hugues Ratenon, conseiller municipal de Bras-Panon, et président de l'ARCP (alliance des Réunionnais contre la pauvreté) interpelle, dans un courrier, le préfet Jean-Luc Marx. Selon lui, l'eau à Bras-Panon présente un danger potentiel pour la population. Il demande que des mesures soient prises. Nous publions son communiqué ci-dessous.
Dans un communiqué, Jean-Hugues Ratenon, conseiller municipal de Bras-Panon, et président de l'ARCP (alliance des Réunionnais contre la pauvreté) interpelle, dans un courrier, le préfet Jean-Luc Marx. Selon lui, l'eau à Bras-Panon présente un danger potentiel pour la population. Il demande que des mesures soient prises. Nous publions son communiqué ci-dessous.

Monsieur le préfet, un courrier (non daté) du maire de Bras Panon est arrivé dans la population la semaine dernière et cela, ne peut laisser personne insensible.

En effet cette lettre stipule clairement que des parasites ont été détectés dans l’eau à Bras-Panon et que cela peut occasionner des gastro-entérites dont la gravité varie en fonction de la sensibilité des personnes concernées. Le maire préconise donc d’acheter de l’eau en bouteille ou de faire bouillir l’eau du robinet avant consommation pour les populations suivantes : personnes âgées, femmes enceintes, enfants de moins de 5 ans et adultes de plus de 75 ans, et il ne le dit rien pour les personnes atteintes de maladies graves (diabète, dialysés, cancer etc.).

En revanche il n’hésite pas à préciser que notre eau du robinet (facturée en eau potable) est bon pour un usage domestique (la vaisselle, la salle de bain, le nettoyage de la maison, les WC, etc.).

Vous comprendrez Monsieur le Préfet, que je me suis renseigné sur cette affaire et qu’il en ressort les éléments suivants : Des indicateurs biologiques détectés dans l’eau à Bras-Panon ont poussé les services de l’ARS-OI à effectuer des analyses non habituels et il en ressort que des parasites dangereux pour les consommateurs sont présents et cela depuis mars 2012. D’autres analyses à intervalles différents ont  confirmé  la présence de ces parasites intestinaux qui, pour des personnes exposées est un risque sanitaire non négligeable. Entre mars 2012 à la fin mai 2013, date de l’information à la population, que c’est il passé ? Considérant que la non assistance à personne en danger est un acte réprimé par la loi, est la raison, Monsieur le Préfet qui m’amène à vous faire les remarques suivantes :

- Avez-vous été alerté de cette affaire par l’Agence Régional de Santé ? Si oui, qu’elles ont été les mesures prises par vous ? Et dans quels délais ?

-Avez-vous exigé du maire de Bras-Panon qu’il alerte la population rapidement ? Et pourquoi la population n’est informée que maintenant alors que d’après mes informations, l’ARS a transmis le rapport d’analyse à vos services et Monsieur le maire de Bras-Panon depuis très longtemps ?

- Les mesures prises ces derniers temps par le maire  pour les écoles de Bras-Panon sont très insatisfaisantes au vue de la gravité du problème, que peut faire le préfet dans ce cas là ?

- L’agence de veille sanitaire a-t-elle été activée et quels sont les premiers résultats ? Et pouvez-vous en informer la population ?

-Concernant la gestion durable des problèmes, dans le courrier le maire nous informe qu’il s’engage dans une démarche d’instauration de périmètre de sécurité autour des captages d’eau. Monsieur le Préfet, comment ce fait-il que ce périmètre n’a pas été assuré ?  N’y a-t-il pas là un manquement élémentaire aux règles de protection de la population face aux  risques de crise sanitaire ? (cf. Article L. 1321-1 code de la santé publique

(Loi nº 2004-806 du 9 août 2004 art. 56 Journal Officiel du 11 août 2004). Les périmètres et les prescriptions associées font l’objet d’un arrêté préfectoral de déclaration d’utilité publique (DUP), qu’en est-il ?

Le maire informe aussi que des études sont en cours pour la réalisation d’une usine de traitement de l’eau mais ne donne pas plus de précision sur les délais alors même que le parasite est là depuis très longtemps.

En urgence : De demander, à Monsieur le maire de Bras-Panon de mettre en place toutes les mesures de prévention et de protection de la population en distribuant de l’eau en bouteille aux personnes vulnérables.

De demander la mise en place d’une campagne efficace d’information auprès des écoles et de la population sur les risques sanitaires de la présence de ces parasites dans l’eau.

Autre question Monsieur le Préfet, est-il normal de faire payer chère à la population une eau impropre à la consommation et qui de fait, est doublement facturée (coût d’assainissement) ? Le code de santé publique stipule : " Toute personne qui offre au public de l'eau en vue de l'alimentation humaine, à titre onéreux ou à titre gratuit et sous quelque forme que ce soit, y compris la glace alimentaire, est tenue de s'assurer que cette eau est propre à la consommation ".

Au vue de la situation, est-il envisageable de saisir le ministère de la santé et qu’un arrêté Préfectoral exige des maires, la réalisation en urgence d’usines de potabilité de l’eau.

Dans l’attente de votre réponse et des mesures que vous allez prendre, je vous prie de croire Monsieur le préfet en mes sentiments les plus respectueux.

Jean-Hugues Ratenon

   

Mots clés :

    2 Commentaire(s)

    Titi974, Posté
    les élection sont fini, le gonthier est resté, l'eau est aussi pourrie, il parait que l'on peut l'utiliser pour les chiottes!
    Un contribuable, Posté
    Monsieur RATENON, il ne faut pas toujours être dans la contestation sans avoir une once de proposition réfléchie et surtout budgétisée. En effet c'est bien beau de dire qu'il faut distribuer de l'eau en bouteille aux personnes vulnérables, de faire une campagne d'information, d'exiger des maires la réalisation en urgence d'usines de traitement de l'eau mais qui va encore payer...