Trafic de stupéfiants - Affaire Roukia :

Mayotte : garde-à-vue prolongée pour les cinq membres du GIR


Publié / Actualisé
Les cinq membres du GIR (Groupement d'intervention régionale) de Mayotte accusés d'avoir mis en place un trafic de stupéfiants ont passé leur deuxième nuit en cellule après la prolongation de leur garde-à-vue ordonnée ce mercredi 19 juin par le juge Hakim Karki, annonce ce jeudi France Mayotte Matin.
Les cinq membres du GIR (Groupement d'intervention régionale) de Mayotte accusés d'avoir mis en place un trafic de stupéfiants ont passé leur deuxième nuit en cellule après la prolongation de leur garde-à-vue ordonnée ce mercredi 19 juin par le juge Hakim Karki, annonce ce jeudi France Mayotte Matin.

Trois d’entre eux sont entendus au commissariat de Mamoudzou, deux autres à Paris, dans les bureaux de la direction centrale de la police judiciaire, dont l’ancien patron du GIR Gérard Gautier.

Dans le cadre de faits de crime et délits de trafic de stupéfiants, la procédure pourra s’étirer sur 96 heures, soit quatre jours pleins. Dans ce dossier, les membres du GIR sont soupçonnés d’un trafic en bande organisé et d’aide au séjour et à l’entrée sur le territoire d’étrangers en situation irrégulière. Selon France Mayotte Matin, le préfet Jacques Witkowski devrait demander la dissolution pure et simple du service.

Ce trafic serait à l’origine de la mort par overdose de la jeune Roukia, en janvier 2011 à Mayotte.

   

1 Commentaire(s)

Mfundi, Posté
Selon FRANCE MAYOTTE MATIN !!! La bonne blague, ça c'est de la source...
C'est comme si le journal de 13 heures de TF1 nous disait selon Closer ou Voici, c'est à peu prêt pareil.
La presse a tendance à fabuler à Mayotte, en même temps qui peut les blâmer, ça doit faire vendre...