Fournisseur d'accès à internet :

Yann de Prince à nouveau condamné pour diffamation envers La Réunion Numérique


Publié / Actualisé
Yann de Prince, président de la société Mobius/Izi a été condamné à payer une amende de 4 000 euros ainsi que la somme de 10 000 euros à titre de dommages et intérêts, et 1 500 euros pour les frais de procédure par le tribunal correctionnel de Saint-Denis ce vendredi 28 juin 2013, indique ce jeudi 4 juillet dans un communiqué la société La Réunion numérique, filiale du groupe Loret. Il était poursuivi pour diffamation par cette société, dont il avait accusé en août 2011, lors d'une conférence de presse, "de détourner des fonds publics". La Réunion Numérique se félicite de cette décision. Nous publions son communiqué ci dessous.
Yann de Prince, président de la société Mobius/Izi a été condamné à payer une amende de 4 000 euros ainsi que la somme de 10 000 euros à titre de dommages et intérêts, et 1 500 euros pour les frais de procédure par le tribunal correctionnel de Saint-Denis ce vendredi 28 juin 2013, indique ce jeudi 4 juillet dans un communiqué la société La Réunion numérique, filiale du groupe Loret. Il était poursuivi pour diffamation par cette société, dont il avait accusé en août 2011, lors d'une conférence de presse, "de détourner des fonds publics". La Réunion Numérique se félicite de cette décision. Nous publions son communiqué ci dessous.

"Par une décision rendue le 28 juin 2013, le tribunal correctionnel de Saint-Denis juge Yann de Prince coupable du délit de diffamation.

Yann de Prince est condamné à payer une amende de 4 000 euros ainsi que la somme de 10 000 euros à titre de dommages et intérêts, et 1 500 euros pour les frais de procédure.

En effet, lors d’une conférence de presse tenue en août 2011, Yann de Prince, président de la société Mobius/iZi, avait tenu des propos diffamatoires en accusant la société La Réunion Numérique, filiale du Groupe Loret, "de détourner des fonds publics" et de commercialiser illégalement des services de télévision par multicast sur le réseau régional Gazelle.

Yann de Prince avait déjà été condamné pour le même délit de diffamation envers La Réunion Numérique par la cour d’appel de Saint-Denis pour des propos similaires tenus lors d’une autre conférence de presse de février 2010.

Frédéric Douarin, directeur de La Réunion Numérique déclare : "nous sommes très satisfaits de cette décision. Cette nouvelle condamnation n’est pas vraiment une surprise, nous savions pertinemment que le rapport d’audit, réalisé à charge par la Région Réunion, ne permettait pas à Yann de Prince de s’autoproclamer blanchi a posteriori de sa première condamnation de janvier 2012. La Réunion Numérique n’a jamais détourné de fonds publics et commercialise tout à fait légalement le service de télévision par multicast. Yann de Prince se fourvoie depuis des années à notre sujet, nous sommes ravis qu’un tribunal le redise officiellement".

Denis Lesueur, président du Groupe Loret, se félicite de cette décision : "je suis content de voir les attaques contre la probité du Groupe clairement condamnées. Monsieur Yann de Prince nous a fait du tort, ce n’est que justice"."

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !