Des assistants d'éducation du Sud non payés depuis août :

La CGTR Éduc'action monte au créneau


Publié / Actualisé
En septembre 2013, plusieurs assistants d'éducation (AED) du bassin sud de l'île ne sont pas payés, voire depuis août au collège du 12ème km au Tampon, selon la CGTR Éduc'action. Dans un communiqué, soulignant que ce n'est pas la première fois qu'un tel incident se produit, l'organisation syndicale réclame le règlement urgent des salaires de septembre 2013 des AED concernés ainsi que la prie en charge des éventuels incidents financiers suite à ce retard. "Les AED n'ont pas à faire les frais du manque d'anticipation du rectorat", note la CGTR Éduc'action. Nous publions le communiqué ci-dessous.
En septembre 2013, plusieurs assistants d'éducation (AED) du bassin sud de l'île ne sont pas payés, voire depuis août au collège du 12ème km au Tampon, selon la CGTR Éduc'action. Dans un communiqué, soulignant que ce n'est pas la première fois qu'un tel incident se produit, l'organisation syndicale réclame le règlement urgent des salaires de septembre 2013 des AED concernés ainsi que la prie en charge des éventuels incidents financiers suite à ce retard. "Les AED n'ont pas à faire les frais du manque d'anticipation du rectorat", note la CGTR Éduc'action. Nous publions le communiqué ci-dessous.

"L’attention de la CGTR EDUC’ACTION a été appelée sur le non versement des salaires de septembre 2013 des assistants d'éducation du bassin sud.

Les AED n'ont pas à faire les frais du manque d'anticipation du rectorat : "employer des personnels c'est bien, les payer dans les délais réglementaires prévus c'est mieux". Une telle situation place nos collègues dans de graves difficultés financières.

En conséquence, nous demandons à l’autorité académique de prendre les mesures d’urgence qui s’imposent afin de remédier à cet inacceptable état de fait.

Notre protestation est d’autant plus vive que ce n’est pas la première fois que des AED ne sont pas payés dans les délais réglementaires.

Nous avons encore en mémoire, l’incident de l’an passé qui avait privé de salaire (août 2012) de très nombreux AED et qui avait abouti, selon les dires du rectorat, à ce que les   services académiques s’engagent "en étroite concertation avec la direction régionale des finances publiques à mettre en place une procédure adaptée afin d'éviter la répétition, notamment pour l'année prochaine de ce type d'incident de paiement des traitements".

Dans l’attente, le rectorat avait alors consenti au versement d’une avance de 80% du traitement, encore pas pour tous les AED.

Nous avions pris acte de l’engament du rectorat à ce qu’une telle situation ne puisse se renouveler mais force est de constater qu’il n’en est rien.

Ce problème de paiement renvoie inévitablement à la question de la précarité. Des AED victimes d'incidents de paiement, des AED dont les missions sont trop souvent détournées, des AED dont l'administration refuse la conclusion des contrats sur 3 ans en dépit des possibilités juridiques offertes en privilégiant une annualisation des contrats, véritable épée de Damoclès.

La CGTR EDUC’ACTION demande au rectorat :

- le règlement urgent des salaires de septembre 2013 des AED concernés

- de prendre en charge les éventuels incidents financiers (agios bancaires, frais de rejet de chèque défaut d’approvisionnement…), auxquels pourraient être confrontés nos collègues suite au retard de paiement de leur traitement, et de procéder au versement d’intérêts moratoires ou indemnités de retard sur la base du taux de l’intérêt légal (Circulaire du Budget n° 140 du 24 octobre 1980 / RLR 332-0-d)".

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !