Versement des aides pour faire face à la sécheresse :

Un protocole d'accord signé


Publié / Actualisé
Un protocole d'accord pour le versement des aides mises en place face à la sécheresse a été signé ce lundi 18 novembre 2013, indique la CGPER (confédération générale des planteurs et éleveurs de la Réunion) dans un communiqué. Une enveloppe exceptionnelle supplémentaire, financée sur les fonds de la convention canne, a ainsi été mobilisée pour l'accompagnement de la filière canne sucre.
Un protocole d'accord pour le versement des aides mises en place face à la sécheresse a été signé ce lundi 18 novembre 2013, indique la CGPER (confédération générale des planteurs et éleveurs de la Réunion) dans un communiqué. Une enveloppe exceptionnelle supplémentaire, financée sur les fonds de la convention canne, a ainsi été mobilisée pour l'accompagnement de la filière canne sucre.

Selon la CGPER, il a été également convenu que soit fixée exceptionnellement à 1,80 euros/tonne, soit 50 centimes supplémentaires, la prime bagasse-production, le versement par anticipation du complément à la tonne de canne de 1,172 euros relatif aux accords de 2011 ainsi que les 11,05 euros/tonne de cannes relatifs à la recette bagasse-énergie sur le tonnage déjà payé par Albioma, ainsi que le versement d’une prime exceptionnelle à la replantation de 500 euros/hectares dans la limite des 4 premiers hectares replantés et une autre de 175 euros/tonne d'engrais dans la limite de 10  hectares et de 700 kg/hectares pour les planteurs ayant subi une perte supérieure à 15% de Tonne de Canne Type.

Les industriels se sont également engagés à régler le solde de campagne dans les 10 jours ouvrés suivant le vote du bordereau de campagne, précise la CGPER, rappelant que l’objectif de l’accord est de "relancer la production de cannes après des années difficiles liées à la sécheresse".

Pour rappel, le 12 novembre dernier, près d'une centaine de planteurs de la CGPER s'était rassemblée devant le siège du centre technique interprofessionnel de la canne et du sucre à Saint-Denis, où se tenait la commission paritaire de la canne et du sucre (CPCS). Réclamant le versement d'aides d'urgence suite à la sécheresse, ils avaient pu exprimer leurs doléances devant les membres de la commission.

www.ipreunion.com

 

 

   

Mots clés :

    Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !