Mobilisation lycéenne et calendrier scolaire :

La CGTR Educ'Action milite pour un calendrier réunionnais "mixte"


Publié / Actualisé
La CGTR Educ'Action a organisé ce vendredi 31 janvier 2014 une conférence de presse afin de "faire le point sur la question du calendrier scolaire et la mobilisation lycéenne." Réuni dans les locaux de la CGTR SUD, le syndicat a rappelé son engagement auprès des lycéens, et invité le recteur a accepter l'application du calendrier réunionnais, dit "mixte". Si ces revendications ne sont prises en compte dans les jours à venir, l'organisation syndicale n'exclue pas de déposer un préavis de grève.
La CGTR Educ'Action a organisé ce vendredi 31 janvier 2014 une conférence de presse afin de "faire le point sur la question du calendrier scolaire et la mobilisation lycéenne." Réuni dans les locaux de la CGTR SUD, le syndicat a rappelé son engagement auprès des lycéens, et invité le recteur a accepter l'application du calendrier réunionnais, dit "mixte". Si ces revendications ne sont prises en compte dans les jours à venir, l'organisation syndicale n'exclue pas de déposer un préavis de grève.

Pour la CGTR Educ'Action, la mobilisation des lycéens "était parfaitement prévisible". Pour le syndicat, prolonger le temps de scolarité pendant l'été austral est "une aberration qui ne repose sur aucune justification pédagogique, mais qui au contraire pénalise les élèves en impactant leur attention et leur nécessaire concentration." En raccourcissant les vacances  d'été pour le calendrier scolaire 2014/2017, le rectorat a "complètement renversé le principe qui prévalait dans notre académie", note l'organisation syndicale.

La CGTR Educ'Action, parle même d'une "provocation", et "fait le choix en responsabilité de soutenir fortement la mobilisation" des lycéens. Le syndicat lance "un appel pressant au recteur pour qu'il change de braquet et revienne à la raison pour un calendrier plus conforme aux réalités climatiques." L'organisation milite pour l'application d'un calendrier réunionnais dit "mixte", en continuité avec la métropole concernant les examens, mais avec des vacances plus longues en été.

Le syndicat invite "le recteur a répondre positivement aux exigences de la jeunesse" lors de sa rencontre du mardi 4 février 2014 avec les délégués lycéens. La CGTR Educ'Action ajoute que "faute de réponse allant dans ce sens, il est fort probable que la mobilisation lycéenne va s'étendre aux quatre coins de l'île." L'organisation précise qu'elle n'exclue rien, "pas même le dépôt d'un préavis de grève pour permettre au personnel enseignant de s'associer activement à la mobilisation en cours."

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !