Mayotte :

Les trois pêcheurs disparus retrouvés après six jours en mer


Publié / Actualisé
En début de semaine dernière, cinq pêcheurs mahorais étaient portés disparus suite aux intempéries ayant frappé l'île aux parfums. Deux d'entre eux, originaires de Petite-Terre, avaient été retrouvés trois jours plus tard, à une quarantaine de kilomètres des côtes mahoraises. Et alors que l'on craignait le pire pour les trois autres, partis le lundi 27 janvier de Kani-Kéli, ils ont été également retrouvés ce samedi 1er février après six jours en mer, indique France Mayotte Matin, évoquant un "nouveau miracle".
En début de semaine dernière, cinq pêcheurs mahorais étaient portés disparus suite aux intempéries ayant frappé l'île aux parfums. Deux d'entre eux, originaires de Petite-Terre, avaient été retrouvés trois jours plus tard, à une quarantaine de kilomètres des côtes mahoraises. Et alors que l'on craignait le pire pour les trois autres, partis le lundi 27 janvier de Kani-Kéli, ils ont été également retrouvés ce samedi 1er février après six jours en mer, indique France Mayotte Matin, évoquant un "nouveau miracle".

Selon France Mayotte Matin, "samedi dernier, les familles ont reçu des appels des naufragés qui expliquaient voir le mont Choungui, estimant qu’ils étaient au sud de l’île". L’alerte a alors été donnée et les militaires de la section aérienne de la gendarmerie de M’Zouazia sont parvenus à détecter la barque à la dérive à 12 milles nautiques des côtes.

Leur état de santé a été jugé "satisfaisant", note le quotidien mahorais, selon lequel les trois pêcheurs "doivent leur survie à la présence de plusieurs litres d’eau dans leur embarcation leur permettant de ne pas s’être déshydratés durant leur périple". Ils ont expliqué avoir "essayé de fuir la tempête en la contournant, mais les vents étaient trop forts, la mer trop démontée et ils étaient tombés en panne d’essence", écrit France Mayotte Matin. "Ils ont ensuite dérivé pendant des jours avant d’apercevoir comme par miracle le pain de sucre de Choungui. Les courants les avaient ramené vers la terre...", conclut le journal mahorais.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !