Foyer de l'enfance du Nord-Est - La nomination d'une personne de l'extérieur contestée par l'AJFER :

D.Alamélou: "certaines personnes lancent de fausses rumeurs"


Publié / Actualisé
Après que l'AJFER (alliance des jeunes pour la formation et l'emploi de Réunionnais) - Nou lé Kapab soit montée au créneau la semaine dernière concernant lanomination du nouveau directeur du foyer de l'enfance du Nord-Est, dont le siège est implantée à Sainte-Suzanne, le conseil général, par le biais de son vice-président Daniel Alamélou, a réagit lors d'un point presse ce mercredi 5 février. Soulignant que la procédure de recrutement est en cours et qu'elle ne dépend pas du Département, ce dernier a déploré que "certaines personnes lancent de fausses rumeurs". "Les attaques stériles ne servent à rien. Il ne faut pas confondre les choses à ce niveau de poste", a-t-il déclaré.
Après que l'AJFER (alliance des jeunes pour la formation et l'emploi de Réunionnais) - Nou lé Kapab soit montée au créneau la semaine dernière concernant lanomination du nouveau directeur du foyer de l'enfance du Nord-Est, dont le siège est implantée à Sainte-Suzanne, le conseil général, par le biais de son vice-président Daniel Alamélou, a réagit lors d'un point presse ce mercredi 5 février. Soulignant que la procédure de recrutement est en cours et qu'elle ne dépend pas du Département, ce dernier a déploré que "certaines personnes lancent de fausses rumeurs". "Les attaques stériles ne servent à rien. Il ne faut pas confondre les choses à ce niveau de poste", a-t-il déclaré.

En effet, le 29 janvier dernier, dans un communiqué, l'AJFER-Nou lé Kapab affirmait avoir été interpellée suite "à un éventuel recrutement d'une personne venant de l'extérieur alors qu'il existe des Réunionnais compétents pour occuper le poste concerné", soulignant que la responsabilité du conseil général est "pleinement engagée". Ce mercredi, la collectivité a tenu à éclaircir son point de vue sur la procédure en cours.

 "Ces attaques me font sourire. Nous avons l’impression que ces personnes ne connaissent pas le dossier. Elles parlent de foyer de petite enfance. Or, ce n’est pas le cas. Nous avons à charge des enfants jusqu’à 18 ans", déclare Daniel Alamélou.

"Gilles Leperlier parle également d’école de la République, or un diplôme est obligatoire, celui de directeur d’établissement sanitaire et médico-social. Cela nous est imposé", ajoute-t-il.

Daniel Alamélou a ensuite rappelé que, suite au départ à la retraite de l’ancienne directrice, deux premiers appels à candidatures, en mai puis septembre, n’avaient rien donné, les entretiens passés avec le conseil général et les services de l’État des candidats proposés ne s’étant pas avérés concluants.

"Le troisième appel en octobre a donné lieu à une candidature, celle de Christophe Gras, qui suite à son entretien, a eu un avis très réservé de nos services et de ceux de l’État. Le 17 janvier, les services de la direction départementale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale ont pris contact avec lui. Trois jours après, il y a eu un entretien sans nous, où sa candidature a été retenue, avec un avis favorable. Le 28 janvier, le conseil général s’est, pour sa part, prononcé défavorablement sur cette candidature", a-t-il expliqué.

Le conseil général dit maintenant attendre des services de l’État qu’ils prennent en compte son avis pour annuler cette procédure et lancer un quatrième appel à candidature. "Cela se passe au niveau national, la publication ne se fait pas, en effet, au niveau local. C’est un établissement où il faut une direction compétente, c’est pour cela qu’il faut une candidature qui nous convienne. C’est la collectivité qui paie ce poste, bien que dans les règles, c’est l’État qui a le pouvoir de décision", conclut Daniel Alamélou.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !