Randonnées pédestres :

Le PGHM rappelle les bons réflexes


Publié / Actualisé
A quelques jours de la fin des vacances scolaires, bon nombre de Réunionnais emprunteront ce lundi 17 mars 2014 les sentiers de l'île. En cas de gros pépins, le PGHM pourra intervenir en hélicoptère au milieu des montagnes. Si le peloton de gendarmerie sort en moyenne à 500 reprises chaque année, ce nombre pourrait être réduit grâce à de simples résolutions.
A quelques jours de la fin des vacances scolaires, bon nombre de Réunionnais emprunteront ce lundi 17 mars 2014 les sentiers de l'île. En cas de gros pépins, le PGHM pourra intervenir en hélicoptère au milieu des montagnes. Si le peloton de gendarmerie sort en moyenne à 500 reprises chaque année, ce nombre pourrait être réduit grâce à de simples résolutions.

C’est ce qu’explique l’adjudant-chef Audurier au micro de Radio Festival : "avant une randonnée, il faut se préparer : regarder qui vient, le niveau physique de chacun, avoir un itinéraire. Dans un sac de randonnée, il faut au minimum un vêtement chaud, un vêtement de pluie, de quoi s’hydrater, de quoi se nourrir correctement, et une frontale."

Mais pour le gendarme, le plus important reste encore de bien équiper ses pieds. "Sur des traumatismes aux chevilles, on a quand même entre 50 et 60 % de personnes qui sont très mal chaussées", précise-t-il. L’homme se souvient d’une intervention à Mafate auprès d’une randonneuse qui a subi un traumatisme au coccyx et une entorse au poignet après une chute :  "malheureusement, après médicalisation, on constate qu’elle portait aux pieds des chaussures de ville. Des talons compensés à semelles lisses qui n’ont aucune accroche sur le terrain de sentier de randonnées, et encore moins au niveau du maintien de la cheville."

Si le secours à personne est un service gratuit, une procédure judiciaire peut être lancée en cas d’appel abusif. La sortie de hélicoptère du PGHM peut coûter jusqu’à 4 000 euros. "Une somme qui sera forcément répercutée dans les impôts du contribuable", indique Radio Festival.

   

1 Commentaire(s)

Palaxsa, depuis son mobile, Posté
Et bein voila ce que nos touristes nous coute . 4000*500 = 2 000 000 d'euros par an.