Réserve nationale marine de La Réunion :

Recrutement de Myriam Dupuis : les angles morts d'un curriculum vitae


Publié / Actualisé
Selon la communication - autorisée par la Préfecture - de Soraya Issop-Mamode, directrice de la Réserve nationale marine de La Réunion, personne au sein de son Conseil d'administration n'a vraiment bronché sur le recrutement - sur titres - de Myriam Dupuis pour diriger pendant neuf mois le réseau sentinelles du récif, sans oublier d'en étendre les relations sur la zone océan Indien au sens large, budget européen à l'appui.
Selon la communication - autorisée par la Préfecture - de Soraya Issop-Mamode, directrice de la Réserve nationale marine de La Réunion, personne au sein de son Conseil d'administration n'a vraiment bronché sur le recrutement - sur titres - de Myriam Dupuis pour diriger pendant neuf mois le réseau sentinelles du récif, sans oublier d'en étendre les relations sur la zone océan Indien au sens large, budget européen à l'appui.

Pourtant l'embauche par la Réserve nationale marine de La Réunion d'une lobbyiste pro-requins à forte exposition médiatique a suscité étonnement et indignation chez ceux qui se soucient tout à la fois de sécurité des personnes et de préservation de l'environnement.

La directrice du GIP-RNMR (Groupement d'Intérêt Public : Réserve Nationale Marine de La Réunion),  Soraya Issop-Mamode, interrogée par Imaz Press Réunion, affirme que la procédure suivie a respecté toutes les normes "d'objectivité" requises en tel cas ; à savoir que ses compétences et qualités professionnelles, tout particulièrement administratives, lui ont permis d'être retenue face à d'autres candidatures pour accomplir la mission qui lui est confiée.

Si la participation de Myriam Dupuis aux activités de l'association Tendua pour la préservation de la biodiversité est paraît-il mentionnée au niveau du profil de candidature de l'intéressée, ses critiques au titre du blog de cette association, contre les actions lancées par l'Etat, la Région et les associations d'usagers de la mer, n'auraient pas été évoquées dans son dossier de présentation, pas plus que ses liens avec des associations telles que Sea Shepherd, Longitude 181, ou le réseau Shark Alliance. Soraya Issop-Mamode qui ironise sur le sujet, nous confie :"aucune enquête de type RG n'a été diligentée sur sa personne".

Sans doute n'était-ce pas nécessaire, quand bien même une sélection au "profil" impose d'évaluer, au-delà du seul C.V, la qualité de la personne recrutée. Au sein du conseil d'administration de la réserve, Jean Erpeldinger (St-Paul) et Mélissa Cousin précédemment 26e vice-présidente du TCO au titre de Saint-Paul, élus écologistes (EELV), étaient peu susceptibles d'ignorer la personnalité de la présidente de l'association Tendua, sans parler de certains membres du conseil scientifique dont les associations sont co-signataires avec Tendua de pétitions diffusées urbi et orbi par la grâce d'internet.

Au niveau de l'Etat qui préside aux destinées du GIP-RNMR comme à celles du Comité de réduction du risque requin à La Réunion (CO4R), il est peu imaginable de penser que l'on ignore tout de Myriam Dupuis/Tendua, signataire de la pétition "Stoppez le massacre des requins".

"Mascarade", "gabegie scandaleuse" et "escroquerie"

Les compétences intrinsèques de Mme Dupuis élimineraient donc à elles seules tout doute sur un éventuel conflit d'intérêt, ou conflit de mission, d'autant que de requins ou de communication sur les requins il ne serait pas question dans la définition du poste de "chef de projet du réseau sentinelles du récif".

Et pour assurer la totale étanchéité entre Myriam Dupuis-Tendua-Protection Requins et Myriam Dupuis-Sentinelle du récif, on nous assure que le contrat public signé par l'intéressée lui impose de respecter le devoir de réserve - encore - qui sied à tout fonctionnaire ou assimilé.

Néanmoins, avec le recul, d'aucuns au sein du CA, estiment que "ceux qui ont mené le recrutement auraient dû avoir l'honnêteté de dire qui était Myriam Dupuis et quels étaient ses engagements militants (…) A partir du moment où l'on veut entrer dans une phase de discussion avec le milieu associatif et les usagers un tel recrutement est problématique, c'est un mauvais signe envoyé… Et si ce recrutement pose aujourd'hui problème, la direction et la présidence du GIP doivent admettre qu'une erreur a été commise, envisager la possibilité d'une nouvelle candidature en voyant ce qui est possible sur plan juridique…"

Réserve pour réserve, Myriam Dupuis, animatrice du blog Protection-Requins, sur lequel, depuis septembre 2011, elle stigmatisait régulièrement les initiatives de sécurisation ou les études commanditées par l'Etat, pour mieux défendre les requins, en est réduite depuis le 26 avril dernier, à citer une longue tirade de Hugo (Victor), "Face aux pressions, aux menaces et aux attaques…" Mais Lautréamont eut été plus indiqué, les Chants de Maldoror présentent quelques beaux paragraphes liés à l'amour des requins.

Philippe Le Claire pour www.ipreunion.com

   

20 Commentaire(s)

Hardi, Posté
Une embauche illégale car violant l'obligation de neutralité du service public. La rmnr c'est plutôt le sévice public apparemment.
Capitaine Achab, Posté
Marc, les faits sont ce qu'ils sont et si ça te gêne de les voir ainsi mis en lumière, désolé, faudra t'y faire, et il est inutile de t'en prendre aux journalistes. Dumont, feu pape de l'écologisme a bien collaboré. Les écolos actuels sont d'extrême gauche, et souvent même décroissants, leur idéologie conjuguée à des comportements sectaires donne un nouveau fanatisme environnementaliste aux relents totalitaires. Ainsi, voit-on des associations qui ne connaissaient rien à La Réunion il y a peu s'opposer juridiquement aux politiques publiques visant à restaurer la sécurité des personnes sur les plages et les spots - familiaux. Une nouvelle forme de colonialisme et de mépris pour les Réunionnais à qui on explique qu'ils doivent se laisser bouffer pour que survive l'humanité.
Et les SS ont poussé le vice jusqu'à insulter les amis des victimes des squales, entre autres surfers réunionnais, depuis Paris.
Rappel pour info : "En tant que femme française, je suis profondément choquée de l'attitude de certains de mes concitoyens réunionnais. En effet, on dirait bien qu'une partie des surfeurs de la Réunion ne soient rien d'autre qu'une bande de froussards vindicatifs (...) En fait, n'importe quel joueur de golf s'avère être plus courageux et viril que ce petit groupe de surfeurs réunionnais qui semble faire la loi sur l'Océan Indien. Ce groupe, s'il n'est pas représentatif de la communauté surf de la Réunion, est néanmoins celui qui se fait le plus entendre - ce que je regrette (...) Mais sans doute est-ce parce que nous ne sommes pas faits du même bois que ce groupe de surfeurs pleurnichards de la Réunion s'est lancé dans cette chasse aux sorcières, en quête de vengeance, suite à l'attaque récente de l'un des leurs. L'expédition punitive a déjà commencé avec la mise à mort hier matin d'un premier requin-bouledogue d'un mètre quarante-quatre. L'arrêté préfectoral, soutenu par une grande partie des surfeurs, autorise l'abattage d'une dizaine de squales..."
Insulter les adversaires, une technique commune aux extrémistes qu'ils soient fachos, trotskistes, écologistes, ou le tout ensemble.
Myriam Dupuis est alignée sur ces positions et coopère sous signature Tendua et Protection-Requins, avec les SS, Longitude machin chose et autres associations animalistes et anti-humanistes. Son embauche dans une structure publique comme la Réserve Marine est donc anormale, car ses compétences en russe ou en aéronautique ne justifient pas de s'aveugler sur son activisme contraire à l'intérêt général des Réunionnais, ce dernier terme pris au sens large.
Alcibiade, Posté
Sybilline la réserve marine n'a pas pour vocation de protéger les militants écologistes en quête de vacances tropicales, et puis évite d'employer des gros mots, tu commences par objectivité et code de déontologie et tu vas finir par anti-écologiste primaire. Demande à ta consoeur de Cumes depuis longtemps disparue le mode d'emploi de la voyance sous-marine, et gaffe aux faunes, ils ont des moeurs déplorables, sans parler de l'hygiène.
Hamed, depuis son mobile, Posté
Mais c'est quoi ces commentaires entre les insultes, fachos , et les donneurs de lecons vous n'etes pas sur un site concurent . un qui accuse leclaire de facho l'autre insulte madame Payet ect.....et encore une couche sur imaz press mais ou on va quand des journalistes font des editos complaisant ou pas personne hurle au scandale mais sur un site avec des commentaires ouverts ca part en live je ne suis pas d'accord avec leclaire mais la tournure me gonfle prenez une douche ou un bain dans notre lagon legerement pollue
Sibylline Faune marine, Posté
Par conscience professionnelle, le prochain article de Philippe Le Claire traitera de la dépense publique et de son efficacité sur le programme Cap Requins !

Ah, que ferait-on sans ces articles d'une objectivité sans faille, imposés par un code de déontologie journalistique inébranlable ?
Marc, Posté
@ "Capitaine Nemo" tu es aussi abject que le contenu de cet article puant le fanatisme, la malveillance, la bêtise et une suffisante hilarante à force d'être ridicule
Capitaine Nemo, Posté
Quand les fachos verts invoquent Vichy, régime sous lequel est née leur idéologie, notamment avec René Dumont ! René Dumont, expert du dirigisme agricole sous Vichy, "pacifiste" et collabo, sera le premier candidat « écologiste » à l’élection présidentielle de 1974. René Dumont qui écrivait dans le grand hebdomadaire fasciste rural "La Terre française", posait l'agriculture nazie en modèle et poussait les paysans, qu'il considérait comme l'archétype de l'homme naturellement réactionnaire, à faire des enfants pour "régénérer la race"…
A son image les tenants de l'écologisme sont opposés au progrès et à la science, leur gauchisme réactionnaire se fonde sur la notion de causalité négative et avec les néo-anarchistes considèrent la science comme la religion du capitalisme… "Quel torchon" doit se situer quelque part dans ce cloaque avec l'ignare "Jacques" qui le suit de peu et doit adorer les ânes à n'en pas douter.
Jacques, Posté
Accuser Madame Dupuis de zoophilie... Je ne pensais pas qu'Imaz Press pouvait se laisser aller à ce point et laisser de pseudos journalistes aigris et haineux descendre aussi bas !
Quel torchon !, Posté
C'est scandaleux ce genre d'article. Ainsi une personne ne devrait pas être recrutée non pas parce qu'elle n'a pas de compétence mais qu'elle a des opinions ! sous d'autre cieux et en d'autres temps, l'auteur de ce torchon aurait collé Madame Dupuis contre un mur et aurait ordonné qu'on lui mette 12 balles dans la peau !
Renarda, Posté
Abject porte bien son pseudo ! Les fachos masqués sortent du trou !
Mulder, Posté
Vive la démocratie… et prôner son contraire par la promotion du copinage et de la cooptation, le tout camouflé en recrutement rigoureux… Seul un concours avec copies anonymées garantit une embauche sur compétences. Quand on se base sur un "profil", tout est permis, et c'est bien ce qui s'est passé là dirait-on. Alors vive la démocratie des bons plans plongée et voyages tous frais payés, pendant que les sentinelles péi montent la garde bénévolement sur le front du récif.
D'ailleurs, au bout de neuf mois de bons et loyaux services, pourquoi ne pas transformer en CDI le CDD initial de Madame Requin ?
Abject, Posté
la methode abjecte n'a pas changée : voila ce que disait monsieur François Gillet de l'auteur de cet article
" .....Mais je connais bien votre principe, à Jacques et à toi, de mettre un homme à terre, en se servant du "poids de l'encre". Quitte à à passer l'éponge sur les saloperies commises par des "amis".....".
http://www.lepiratedelareunion.net/Le-Pirate-est-il-facho_a175.html
Capitaine Nemo, Posté
Pour information après une plongée dans les eaux de Protection-Requins... Petit florilège chronologique des prises de position de Myriam Dupuis. A noter l'orientation constante des interventions dans le sens de la santé et la sécurité des requins, en l'occurrence bouledogues et tigres.

Le 21 septembre 2011 - La Réunion : décès d'un surfeur

"A la Réunion, depuis 8 mois, sur les 5 accidents dus à une attaque de requin, c'est le 2ème qui connaît une issue fatale. Il y en a eu d'autres par le passé : une trentaine en 30 ans dont 17 mortels. C'est sans doute la raison pour laquelle le préfet Michel Lalande a demandé des " prélèvements " de requins, soit, en moins diplomatique, une pêche préventive (punitive?) (...) Quoiqu'il en soit, les expéditions punitives contre les requins ne servent à rien, sinon à décimer les populations et ne permettent pas de comprendre l'enchaînement d'erreurs liées aux activités humaines que nous faisons en amont et qui conduisent à ces tragédies"


Le 16 avril 2012 - The " shark's tagging " or/ou le marquage des requins : pour qui, pourquoi, comment ?

"Le marquage des requins avec des balises satellite (ou " tag ") existe depuis une dizaine d'années (...) Outre la pose même du tag (...) d'autres risques pèsent sur le requin marqué d'une balise (...) En dehors d'une mauvaise pose, notamment avec une perche où le risque de blessure de l'animal est plus important(...) le simple fait de marquer des requins a un impact (...) sur un jeune carcharinidé, il devient une proie pour les requins plus gros. De plus, un tag peut gêner le requin dans sa quête de nourriture : cela le freine (...) Et surtout, un problème majeur que celui du fooling ou salissures marines qui s'accumulent sur la balise et freinent le requin dans ses déplacements. C'est un problème évident pour un prédateur : il n'est plus capable de chasser correctement, et, affaibli, peut mourir de faim ou devenir une fois de plus une proie..."

Le 27 août 2012 - De nouveaux accidents à la Réunion : cherchez l'erreur

"Suite à ces accidents, ont été prises des décisions politiques tout aussi inefficaces que stupides pour apaiser officiellement et probablement la population, mais plus certainement encore pour protéger les intérêts économiques des notables, groupes hôteliers et autres fermes piscicoles locales. Ainsi les pétitions ont fleuri telle celle du collectif " Rendez-nous la mer " qui appelle à " une régulation durable, raisonnée, organisée et transparente des requins ". Cela présuppose-t-il que l'homme doive une fois de plus interférer sur ce milieu qui n'est pas le sien mais qui en revanche, est bien celui des requins ? (...)
on assiste à l'inconsistance politique qui croit prendre des décisions radicales mais ne réfléchit en fait qu'à l'échéance des prochaines élections (...) Quoiqu'il en soit, la Préfecture a donc décidé de pêcher 10 requins en 3 jours, ce qui prête à sourire : encore faut-il trouver les squales, mais sans doute va-t-on les appâter ? C'est une excellente idée pour les attirer... et générer les prochains accidents... (...) Qui plus est, l'objet de cette pêche vengeresse est de déterminer si les requins sont ou pas ciguarétiques afin de pouvoir vendre leur chair ; et ce sont les scientifiques du projet CHARC qui ont procédé à cette pêche avec les pêcheurs professionnels. Cherchez l'erreur..."


1er octobre 2012 - La Réunion : une nouvelle étape, cette fois en faveur des requins

"Voici de bonnes nouvelles, comme nous n'en avions pas eu depuis longtemps (...) L'ASPAS, Sea Shepherd et l'Association Citoyenne de Saint-Pierre, viennent de remporter une belle victoire juridique contre les tentatives d'atteintes à la protection de la biodiversité à la Réunion (...) Ainsi le Tribunal administratif de Saint Denis vient de suspendre aujourd'hui l'arrêté préfectoral autorisant les "prélèvements" de requins au sein de la réserve naturelle marine de la Réunion (...) Cette " pêche scientifique ", pourtant discutée, était un prétexte pour envisager la commercialisation de leur chair (...) Cette mesure prise à la hâte dans le but d'apaiser les surfeurs et les pêcheurs suite aux récentes attaques, n'est en aucun cas une solution pérenne pour limiter ces accidents rarissimes (...) Classés espèces quasi menacées par l'UICN, les requins tigres et bouledogues ont un rôle primordial à jouer dans l'équilibre de cette réserve..."


Le 3 mars 2013 - Encore de l'argent sur le dos des requins...

Les malheureux évènements qui se sont produits à la Réunion ont fait fleurir une solution belge soi-disant " anti-requin ". On parle souvent de la turbidité de l'eau, mais le milieu terrestre semble propice au développement d'intérêts économiques multiples et troubles qui jouent sur nos peurs (...) En octobre dernier, le conseil régional de l'île a organisé un séminaire auquel participait la société belge Aquatek Technology pour venter (sic) les mérites de son tout nouveau produit (...)Que de zèle à donner tous ces détails techniques et à garantir le résultat attendu à ceux qui veulent bien l'entendre, pensant là retirer l'épine qu'ils ont dans le pied... Les spécialistes des requins auraient bien des commentaires à faire à ce sujet, mais " on " ne les sollicite pas, ni ne les écoute. Pourtant, ce projet est stupide, mais grâce aux flux d'argent qu'il génèrera, ce sera bon pour le PIB de la Réunion et rassurera peut-être le grand public (mouais...)... Pauvres requins : malgré leur 400 millions d'années d'adaptation à leur milieu, ils n'auront jamais le temps de s'adapter la cupidité des hommes ni d'y survivre..."


Le 9 mai 2013 - La Réunion : mauvaise presse pour les requins

Mercredi 8 mai 2013, un surfeur métropolitain de 36 ans a succombé aux morsures d'un requin, ayant entraîné une hémorragie fatale, dans la baie de Saint-Gilles à la Réunion. L'accident s'est produit en milieu de journée, mais le surfeur était le seul à évoluer dans les vagues (...) une association de la Réunion oeuvrant pour " la prévention du risque requin " s'indigne avec véhémence du manque de solutions préventives effectives. En l'occurrence, et bien qu'il s'agisse d'une tragédie pour les proches de ce surfeur, le risque a bien été signalé mais ignoré par la victime (...) il s'agit bien d'un choix politique pour la Réunion : que veut l'île pour son avenir ? Devenir un terrain de jeu pour les activités nautiques en ayant mis en place " des solutions de prévention effectives " au détriment de la faune sauvage mais rapportant de l'argent (pas à tous) à court terme ? Ou devenir un exemple de préservation et de conservation de sa faune marine où l'on viendra avec bonheur dans quelques années (eh oui, pour cela il faut attendre car la nature ne fonctionne pas dans l'immédiateté chère aux hommes) pour observer cette flore et cette faune qui disparaissent dramatiquement de la planète ?"



Le 31 juillet 2013 - la Réunion : Pétition contre l'abattage des requins

"Aujourd'hui, les autorités ont décidé de passer à la phase 2 du programme " ciguatera " et de tuer 90 requins de plus (45 Bouledogues et 45 Tigres (...) Suite à un nombre " d'attaques " en augmentation par rapport à ce qu'a toujours connu la Réunion (3 décès depuis 2011), les autorités ont décidé d'effectuer des " prélèvements " sur des requins Bouledogues et Tigres (...) au mépris des avis d'experts scientifiques internationaux sur les conséquences de telles pratiques! Des actions ont déjà été menées mais sans grand succès, aujourd'hui nous vous demandons d'envoyer un courrier au Président du Conseil de l'Ordre des Vétérinaires, un acteur important, qui n'a cependant, pas été sollicité à ce jour. Il faut savoir qu'en France, l'une des prérogatives de cette profession est la préservation de la faune sauvage et de son environnement. En acceptant de réaliser les autopsies des requins prélevés, les vétérinaires se rendent complice, indirectement (et probablement sans cette volonté) du massacre..."



Le 23 décembre 2013 - Questions sur CAP REQUINS

"Le programme CAP REQUINS devait démarrer début décembre 2013 dans la baie de Saint-Paul, à un coup de nageoire de la réserve naturelle marine de la Réunion. Présenté comme un projet expérimental, la pêche au requin devient une " technique " de gestion du risque. En clair, sous un vernis scientifique, on tue les requins, à grand frais pour le contribuable puisque cette 1ère étape expérimentale de 3 à 6 mois coûte 160 000?, et vient alimenter le puits sans fonds de " la crise requins " qui a déjà coûté plusieurs millions d'euros aux Français depuis 2011. Il n'est pas inutile de rappeler qu'à moins d'éradiquer TOUS les requins de TOUS les océans, cette pêche ne peut pas garantir la fin des accidents. A contrario, on peut s'interroger sur les risques que présente le fait d'appâter des squales si près des côtes pour les pêcher. Et ce n'est pas la seule question que soulève ce programme pensé et géré par le Comité Régional des Pêches de la Réunion, financé par l'État, la Région et la commune de Saint-Paul, donc par nous (...) Y aurait-il une chance pour que l'Etat fasse le bon choix et ne sponsorise pas, avec l'argent de nos impôts, cette tuerie organisée mal maquillée en programme scientifique..."
Isidore, Posté
m.payet en voulant donner dans l'ironie produit une description simpliste mais réaliste du tableau psychologique des deux camps qui s'affrontent dans cette affaire de crise requin, et malheureusement, l'écologisme correspond à la définition qui en est donnée… "une obscure idéologie (…) désireuse de sauver tous les requins…" quitte à ce que ce soit aux dépens des personnes ; les victimes sont donc passées en nécessaires pertes et profit. On appelle ça la "deep ecology". Un fanatisme parmi d'autres.
Vive la democratie , Posté
lamentable, monsieur Leclaire ; selon vous, il y aurait en France une forme de delit d'opinion qui devrait vous interdire de travailler , vous priver de vos droits elementaires ; la selection pour un poste devrait se faire non au droit des competences mais à celui des opinions, avec des juges de moralité , tels que vous qui n'hesitent pasà illustrer leurs accusations de fantasmes zoophiles ;
belle conception de la democratie que vous avez là !! et que de bassesse ....
Oops , Posté
Et vous vous prétendez journaliste?!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Regneuneu, depuis son mobile, Posté
Ca commence a me gonfler toute cette affaire de toute facon les reunionnais dont je fais parti ne s 'interesse pas a l'affaire parc marin ils ne sont meme pas concernes par l'interdiction se se baigner et autres alors pourquoi se battre puisque la population baisse les bras
M.payet, Posté
Pour l'auteur de cet article il y a deux mondes:
Il y a ceux qui ont été, sont dans une mouvance d'idées plutôt écologiste de préservation des espèces. Ceux-là sont des "lobbyiste pro-requins". Vous avez ou avez eu des liens avec des associations telles que Sea Shepherd, Longitude 181, ou le réseau Shark Alliance."...alors vous voilà avec une étoile verte sur la combi, suspects de vouloir sauver tous les requins et autres animaux et assassiner tous les hommes et autres animaux. C'est noir ou c'est blanc.
Et puis il y a les autres, ceux qui sont pour une régulation préventives de pêches de requin. Ceux -là toujours pour l'auteur, sont "ceux qui se soucient tout à la fois de sécurité des personnes et de préservation de l'environnement.". Eux , ce sont les gentils. Ils savent combiner amour de l'homme et celui porté aux animaux.
Les premiers sont les méchants terroristes agissant pour une obscure idéologie extranationale désireuse de sauver tous les requins ou autres animaux quitte à laisser mourir tous les humains.
Faites gaffe quand vous vous entrerez à une association de prévention de la nature ou animal, ou si vos commentaires içi ou là, ne vont pas dans le sens du lobby local pro-pêche, anti-réserve!
Alcibiade, Posté
Lautréamont premier sharkophile en littérature ? Extrait des Chants à l'intention des Sarano, Dupuis et tutti quanti :
"Se trouvent en présence le nageur et la femelle de requin, sauvée par lui. Ils se regardèrent entre les yeux pendant quelques minutes ; et chacun s’étonna de trouver tant de férocité dans les regards de l’autre.
Ils tournent en rond en nageant, ne se perdent pas de vue, et se disent à part soi : « Je me suis trompé jusqu’ici ; en voilà un qui est plus méchant. »
Alors, d’un commun accord, entre deux eaux, ils glissèrent l’un vers l’autre, avec une admiration mutuelle, la femelle de requin écartant l’eau de ses nageoires, Maldoror battant l’onde avec ses bras ; et retinrent leur souffle, dans une vénération profonde, chacun désireux de contempler, pour la première fois, son portrait vivant.
Arrivés à trois mètres de distance, sans faire aucun effort, ils tombèrent brusquement l’un contre l’autre, comme deux aimants, et s’embrassèrent avec dignité et reconnaissance, dans une étreinte aussi tendre que celle d’un frère ou d’une soeur. Les désirs charnels suivirent de près cette démonstration d’amitié. Deux cuisses nerveuses se collèrent étroitement à la peau visqueuse du monstre, comme deux sangsues ; et, les bras et les nageoires entrelacés autour du corps de l’objet aimé qu’ils entouraient avec amour, tandis que leurs gorges et leurs poitrines ne faisaient bientôt plus qu’une masse glauque aux exhalaisons de goëmon ; au milieu de la tempête qui continuait de sévir ; à la lueur des éclairs ; ayant pour lit d’hyménée la vague écumeuse, emportés par un courant sous-marin comme dans un berceau, et roulant, sur eux-mêmes, vers les profondeurs inconnues de l’abîme, ils se réunirent dans un accouplement long, chaste et hideux !... Enfin, je venais de trouver quelqu’un qui me ressemblât !... Désormais, je n’étais plus seul dans la vie !... Elle avait les mêmes idées que moi !... J’étais en face de mon premier amour ! »…"
A supprimer d'urgence , Posté
La dissolution des ces organisations s'avère urgente dans la mesure où elles défendent des causes extérieures à leurs missions..
Le lagon s'ensable devant leurs yeux jours après jours , des enfants sont morts, gestion calamiteuse de la crise requin , les petits pécheurs font faillite, l'hôtellerie est en berne ...
Une dépense publique bien inutile ! une source d'économie en perspective