Plus d'une centaine de victimes réunionnaises concernées :

Mediator : Servier indemnisera "tous les patients qui ont souffert"


Publié / Actualisé
Ce mercredi 14 mai 2014, le nouveau président du laboratoire pharmaceutique Servier, Olivier Laureau, a assuré que le groupe assumerait ses responsabilités et "indemnisera tous les patients qui ont souffert" du Mediator. À La Réunion, plus d'une centaine de victimes sont concernées, réunies au sein du Collectif Mediator Océan Indien. Celles-ci ont d'ailleurs déposé une plainte au civil auprès du tribunal de Saint-Denis, espérant une première condamnation avant le grand procès prévu en 2015 à Paris.
Ce mercredi 14 mai 2014, le nouveau président du laboratoire pharmaceutique Servier, Olivier Laureau, a assuré que le groupe assumerait ses responsabilités et "indemnisera tous les patients qui ont souffert" du Mediator. À La Réunion, plus d'une centaine de victimes sont concernées, réunies au sein du Collectif Mediator Océan Indien. Celles-ci ont d'ailleurs déposé une plainte au civil auprès du tribunal de Saint-Denis, espérant une première condamnation avant le grand procès prévu en 2015 à Paris.

"Dans le cadre de l'Oniam (Office national d'indemnisation des accidents médicaux) et des affaires civiles, nous avons indemnisé, nous indemnisons et nous indemniserons tous les patients qui ont souffert du produit" : c’est ce qu’a déclaré ce mercredi Olivier Laureau, qui a pris la présidence du groupe Servier suite au décès de son fondateur Jacques Servier le 16 avril dernier.

D’abord destiné aux diabétiques avant d’être prescrit comme coupe-faim, le Médiator serait responsable de 500 à 2000 décès et de milliers de pathologies cardiaques. "Nous assumerons nos responsabilités pour tous les patients qui ont souffert du produit", a insisté Olivier Laureau.

Le nouveau patron de Servier estime par ailleurs qu’il s’agit d’un " dossier très complexe parce qu’il est scientifique et qu’on regarde souvent le passé avec les yeux d’aujourd’hui ". Aussi, s’agissant des procès à venir, il a souligné que le laboratoire allait " défendre sa position avec détermination ", car il " estime qu’il y a beaucoup d’éléments dans le dossier qui n’ont peut-être pas été dits, entendus, donc on le fera entendre ".

Le sujet est particulièrement suivi à La Réunion, où s’est monté le premier collectif de victimes, réunissant plus d’une centaine de personnes. " La Réunion est très active sur ce dossier et en plus de l’aspect pénal traité à Paris, nous sommes aussi allés au civil ", indiquait à Imaz Press le 29 avril dernier maître Alain Antoine, avocat du Collectif Mediator Océan Indien.

Avant le grand procès du Mediator prévu à Paris au cours du premier semestre 2015, le collectif réunionnais espère ainsi obtenir une première condamnation au civil du groupe Servier devant le tribunal de Saint-Denis.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !