Collecte de déchets :

Derichebourg se lance à La Réunion


Publié / Actualisé
Présent dans une dizaine de pays, et collectant notamment les déchets de quatre arrondissements parisiens, le groupe Derichebourg s'implante aujourd'hui à La Réunion. Depuis le 1er juillet 2014 - et pour une durée de 6 ans - la société s'occupe du ramassage des déchets ménagers au Tampon et à l'Entre-Deux. La multinationale française, qui s'est associée à cette occasion au groupe réunionnais Mooland, a remporté un marché public jusqu'alors détenu par HC Environnement. Cette implantation à La Réunion - et dans les Outre-Mer - est partie pour durer assure Thomas Derichebourg, président de Derichebourg Océan Indien. (photo D.R.)
Présent dans une dizaine de pays, et collectant notamment les déchets de quatre arrondissements parisiens, le groupe Derichebourg s'implante aujourd'hui à La Réunion. Depuis le 1er juillet 2014 - et pour une durée de 6 ans - la société s'occupe du ramassage des déchets ménagers au Tampon et à l'Entre-Deux. La multinationale française, qui s'est associée à cette occasion au groupe réunionnais Mooland, a remporté un marché public jusqu'alors détenu par HC Environnement. Cette implantation à La Réunion - et dans les Outre-Mer - est partie pour durer assure Thomas Derichebourg, président de Derichebourg Océan Indien. (photo D.R.)

Multinationale aux 2,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires, le groupe Derichebourg n’en reste pas moins une entreprise familiale assure Thomas Derichebourg. En s’implantant à La Réunion, le président de la nouvelle société Derichebourg Océan Indien assure vouloir réaliser le rêve de son grand-père. Par conséquent, l’homme d’affaire s’est associé à Amine Mooland, un autre businessman qui travaille en famille.

"Ce sont nos valeurs familiales qui nous ont rapprochés. Ce sont de vrais professionnels dans le métier du transport, et nous dans l’environnement. Nos deux groupes familiaux existent depuis plus d’un demi-siècle", explique Thomas Derichebourg. Les deux hommes se sont rencontrés à Paris. Un rendez-vous constructif qui a débouché sur cette association et l’attribution du marché de la CASUD pour le Tampon et l’Entre-Deux.

A cette occasion, 37 camions neufs ont été achetés par le groupe. "Presque de 7 millions d’euros ont été investis, c’est une somme colossale", assure Thomas Derichebourg. Autant dire que la société ne compte pas s’arrêter à ce premier marché public, et pourquoi pas s’attaquer au marché mahorais : "nous allons regarder avec grande attention ce qui va sortir. Regarder aussi de manière stratégique et intelligente ce que nous pouvons apporter par rapport aux besoins des futurs clients que nous allons démarcher", indique le président de Derichebourg Océan Indien.

"Les moyens de la métropole à disposition de La Réunion"

Si l’entreprise est ambitieuse, Thomas Derichebourg veut avant tout mettre en avant une politique d’embauche locale. "Tout se fera localement avec des Réunionnais. Ce sont les moyens de la métropole à disposition de La Réunion et des Réunionnais", annonce-t-il. Derichebourg Océan Indien devrait ainsi se rapprocher des organismes sociaux et de la mairie du Tampon. "Je veux vraiment dynamiser toutes les structures locales qui ont un vrai savoir-faire", précise le président de la société.

Bien entendu, la multinationale française ne s’installe pas à La Réunion pour faire du social. Cette implantation est la première dans l’océan Indien, mais elle est surtout inédite dans les Outre-mer pour le groupe. "Nous sommes présents partout dans le monde, mais pas dans les territoires ultramrins. Pour nous, c’est très stratégique. Il y a aussi beaucoup de possibilité pour le groupe, et pour La Réunion concernant la valorisation des déchets", souligne Thomas Derichebourg. Pour le moment, il est hors de question de faire des projections chiffrées.

"Je me suis fixé l’objectif de bien commencer et de déjà bien remplir nos obligations contractuelles. On veut être dans une vraie dynamique", soutient le président de Derichebourg Océan Indien. "On fait des activités qui n’ont pas une très belle image, mais on veut que les choses soient faites proprement, en respectant l’environnement et les engagements pris. Je suis ravi de cette association, c’est une entreprise que nous visons sur le long terme", prévient Thomas Derichebourg.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !