Centenaire de la Première guerre mondiale :

Hommage au lieutenant Roland Garros et aux soldats de 1914 sur le Barachois


Publié / Actualisé
Ce mercredi matin 3 septembre 2014, devant la statue de Roland Garros sur le Barachois, un hommage a été rendu à l'aviateur réunionnais et aux soldats partis vers le front il y a un siècle dans les premiers jours de l'été 1914. Cette cérémonie s'inscrit dans l'opération "100 villes, 100 héros, 100 drapeaux", organisée dans toute la France pour "rappeler la mobilisation de tout un pays et l'engagement des soldats français en 1914". Une plaque commémorative en hommage au départ de ces soldats a été dévoilée.
Ce mercredi matin 3 septembre 2014, devant la statue de Roland Garros sur le Barachois, un hommage a été rendu à l'aviateur réunionnais et aux soldats partis vers le front il y a un siècle dans les premiers jours de l'été 1914. Cette cérémonie s'inscrit dans l'opération "100 villes, 100 héros, 100 drapeaux", organisée dans toute la France pour "rappeler la mobilisation de tout un pays et l'engagement des soldats français en 1914". Une plaque commémorative en hommage au départ de ces soldats a été dévoilée.

Parmi 400 lieux répertoriés par le service historique de la Défense, 100 sites ont été choisis  pour mettre à l’honneur un héros local ainsi qu’un régiment à travers son drapeau. C’est ainsi qu’à La Réunion, cette cérémonie dionysienne a honoré la mémoire du lieutenant Roland Garros, autour du drapeau du détachement Air 181.

"L’objet de cette commémoration, c’est tout d’abord d’associer une ville, une nation, un drapeau d’une unité et un héros. Il s’agit de montrer qu’en 1914, aussi bien des anonymes qu’un aviateur réputé comme le lieutenant Roland Garros se sont engagés", explique le lieutenant-colonel François Monard, qui commande le détachement Air 181 "lieutenant Roland-Garros" des forces aériennes des FAZSOI (forces armées en zone sud de l’océan Indien).

"Il s’agit aussi de démontrer à la nation que lorsqu’il faut s’engager pour la survie, la jeunesse n’hésite pas à donner sa vie. C’est un premier enseignement. On peut aussi faire le parallèle avec ces jeunes militaires qui donnent leur vie pour aller défendre des principes fondamentaux dans des opérations extérieures. Comme il y a cent ans, il y a toujours des gens qui, pour défendre des valeurs fondamentales et universelles, donnent leur vie", ajoute-t-il.

Hommages et devoir de mémoire étaient au menu de cette matinée commémorative, avec toujours une pensée sur les leçons à tirer de ce passé tragique pour appréhender le monde d’aujourd’hui. "Je ne sais pas si le monde se porte mieux...", confie le lieutenant-colonel François Monard. "Il y a eu des progrès indéniables et je pense que nous ne revivrons jamais des périodes aussi difficiles. Les guerres ont changé d’aspect, elles sont devenues beaucoup plus technologiques, mais au final il y a toujours des nations qui souffrent, des hommes qui meurent. Se souvenir de cette Grande guerre, de la seconde aussi, doit nous permettre de maintenir une paix en Europe qui doit être durable", conclut-il.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !