Il est le nouveau commandant supérieur des FAZSOI :

Franck Reignier, un habitué de La Réunion


Publié / Actualisé
Ce mardi 30 septembre 2014, le général de brigade Franck Reignier a pris le commandement des forces armées dans la zone sud de l'océan Indien (FAZSOI). Les honneurs militaires lui ont été rendus à la caserne Lambert. Né en 1958, le militaire a découvert La Réunion en mission pour la première fois en 1978, soit deux ans après son engagement à l'école nationale des sous-officiers d'active (ENSOA). Entre temps, le nouveau commandant supérieur des FAZSOI a notamment fait ses classes dans l'océan Indien que ce soit à Madagascar ou aux Comores. Une expérience bénéfique pour un homme qui souhaite faire de la coopération régionale sa plus grande priorité.
Ce mardi 30 septembre 2014, le général de brigade Franck Reignier a pris le commandement des forces armées dans la zone sud de l'océan Indien (FAZSOI). Les honneurs militaires lui ont été rendus à la caserne Lambert. Né en 1958, le militaire a découvert La Réunion en mission pour la première fois en 1978, soit deux ans après son engagement à l'école nationale des sous-officiers d'active (ENSOA). Entre temps, le nouveau commandant supérieur des FAZSOI a notamment fait ses classes dans l'océan Indien que ce soit à Madagascar ou aux Comores. Une expérience bénéfique pour un homme qui souhaite faire de la coopération régionale sa plus grande priorité.

Vous avez servi dans de nombreux endroits, mais quel est votre lien avec La Réunion ?

C'est mon deuxième séjour à La Réunion. J'ai déjà sept ans de présence dans l'océan Indien après avoir fait deux ans de coopération aux Comores et trois ans d'attaché de défense à Madagascar. C'est une zone qui m'est un peu connue. J’ai servi dans d’autres territoires comme la Nouvelle Calédonie. Mais il y a un lien très fort avec La Réunion, c’est une île qui est passionnante à plein d’égards. C’était une grande joie d’être désigné ici pour prendre le commandement des FAZSOI.

Est-ce que votre expérience dans l’océan Indien va servir vos missions aux FAZSOI ?

Dans le cadre de la coopération régionale, il est évident que cette connaissance va me servir. Le ministre de la Défense malgache et son chef d’Etat major sont des amis. Je retrouverai probablement des connaissances également aux Comores. Ca sera inévitablement plus facile pour moi pour mettre en place des actions de coopération régionale, qui est l’une des missions prioritaires des FAZSOI.

Le Quai d’Orsay a placé les Comores dans la liste des pays à risques. Cela ne risque-t-il pas de freiner votre objectif de coopération régionale ?

Non, pas du tout. Il y a des mesures du gouvernement et les forces armées sont le bras armé de la politique. Mais pour le moment, les Comores ne sont pas plus ciblées qu’un autre pays. C’est un pays musulman où la religion est très torte, donc cet Etat sera surveillé comme d’autres. Mais il n’y a aucune raison de se focaliser sur les Comores que d’autres pays. Cette coopération établie depuis plusieurs années avec les Comores est très importante dans le cadre de la montée en puissance de la COI et des troupes des forces africaines.

Les FAZSOI vont être frappés par une restriction de moyens cette année. Comment abordez-vous cette situation alors que vous prenez vos fonctions ?

Je ne vais pas vous mentir, ça ne sera pas une bonne nouvelle. Mais je ferai en sorte de pouvoir maintenir un niveau de coopération régionale important. C’est un des voeux de monsieur le préfet, et c’est également un de nos objectifs, tout comme la protection du territoire. Nous sommes là pour aider la population en cas de catastrophe ou en cas de menace particulière à La Réunion.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !