Contenants alimentaires :

La fin du bisphénol A en France


Publié / Actualisé
Depuis ce jeudi 1er janvier 2015, la fabrication, l'importation, l'exportation et la mise sur le marché de tout contenant ou ustensile contenant du bisphénol A (BPA), un perturbateur endocrinien, sont interdites en France, selon l'application d'une loi votée le 24 décembre 2012. Cette substance chimique de synthèse était notamment utilisée pour fabriquer des plastiques durs et transparents type polycarbonate et les résines couvrant l'intérieur des boîtes de conserve. La France devient ainsi le premier pays du monde à interdire aussi largement le bisphénol A, relève le Figaro.
Depuis ce jeudi 1er janvier 2015, la fabrication, l'importation, l'exportation et la mise sur le marché de tout contenant ou ustensile contenant du bisphénol A (BPA), un perturbateur endocrinien, sont interdites en France, selon l'application d'une loi votée le 24 décembre 2012. Cette substance chimique de synthèse était notamment utilisée pour fabriquer des plastiques durs et transparents type polycarbonate et les résines couvrant l'intérieur des boîtes de conserve. La France devient ainsi le premier pays du monde à interdire aussi largement le bisphénol A, relève le Figaro.

Cela fait longtemps que le bisphénol A est identifié comme un perturbateur endocrinien, en raison de sa structure moléculaire proche de celle des hormones, souligne le Figaro. Mais si la fabrication des produits destinés aux nourrissons étaient déjà concernés par cette interdiction, ce n’est qu’à partir de ce 1er janvier 2015 que la loi entre en vigueur pour l’ensemble des contenants alimentaires et autres produits contenant du BPA.

" Les experts ont retenu un risque chez la femme enceinte pour l'enfant à naître, chez qui l'on peut redouter une modification de la structure de la glande mammaire pouvant favoriser un développement tumoral ultérieur ", précise le Figaro, ajoutant que " les preuves scientifiques de ce lien de cause à effet, qui n'a été observé que chez l'animal, ont été classées comme modérées".

Les autres effets supposés du bisphénol A (sur le cerveau, le métabolisme et la fertilité) n'ont pas pu être confirmés, faute d'études suffisantes. L'Anses a donc appelé à poursuivre les recherches.

www.ipreunion.com

   

Mots clés :

    2 Commentaire(s)

    Marinette, Posté
    c'est une bonne décision : Les perturbateurs endocriniens comme le bisphénol A sont des substances chimiques qui peuvent nuire au bon fonctionnement du système hormonal : les perturbateurs endocriniens peuvent ainsi avoir des effets délétères sur le métabolisme, le système immunitaire et la reproduction. Ces produits peuvent agir à très faible dose. Il existe des périodes de vulnérabilité maximale aux perturbateurs endocriniens ; ce sont notamment ceux de la formation des organes génitaux in utero et l'âge de fécondité des femmes susceptibles de procréer ou étant enceintes ou allaitantes.
    Le bisphénol A (BPA) est présent dans de nombreux produits d'usage courant (emballages alimentaires, papiers thermiques, matériel médical, peinture, adhésifs...). Il s'agit d'un des constituants des plastiques rigides.
    source : La prévention des risques des perturbateurs endocriniens : http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/risque-chimique/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=69&dossid=507
    Gemijuco, Posté
    Jadis il n'y avait que des bouteilles en verre, et il n'y avait pas tous ces problèmes, évidemment la manipulation était plus longue, mais il n'y avait pas non plus tous ces déchets dans le Pacifique, et ailleurs ! Il fut reconnaître que les gens SONT SALES, pourquoi jeter dans la nature tout ce qui gêne, nous sommes en pleine décadence, regardez les Egyptiens, les Romains, dont les civilisations étaient très développées, ont disparus - et nous, nous suivons le même chemin.