Saint-Denis :

Amiante : une journée d'expertises juridiques aux Camélias


Publié / Actualisé
Toute la journée de ce mardi 6 janvier 2015, une experte judiciaire nommée par le tribunal d'instance de Saint-Denis visite six appartements d'un groupe d'immeubles de la SIDR (Société immobilière du département de La Réunion) du quartier des Camélias, à Saint-Denis, suite à une procédure engagée par les locataires en raison de présence d'amiante. Si des documents manquants ont empêché la réalisation de relevés dans la matinée, l'objectif reste d'effectuer des prélèvements "afin de déterminer le niveau de la présence d'amiante dans ces appartements et le niveau de dangerosité", souligne Erick Fontaine, administrateur de la CNL (Confédération nationale du logement).
Toute la journée de ce mardi 6 janvier 2015, une experte judiciaire nommée par le tribunal d'instance de Saint-Denis visite six appartements d'un groupe d'immeubles de la SIDR (Société immobilière du département de La Réunion) du quartier des Camélias, à Saint-Denis, suite à une procédure engagée par les locataires en raison de présence d'amiante. Si des documents manquants ont empêché la réalisation de relevés dans la matinée, l'objectif reste d'effectuer des prélèvements "afin de déterminer le niveau de la présence d'amiante dans ces appartements et le niveau de dangerosité", souligne Erick Fontaine, administrateur de la CNL (Confédération nationale du logement).

"Il y a à peu près un an, la CNL et les locataires ont engagé une procédure au tribunal d’instance. Dans cette procédure, on avait demandé à ce qu’une expertise judiciaire soit menée dans les appartements des locataires qui avaient engagé l’action. Le tribunal a répondu favorablement à notre demande fin octobre et aujourd’hui l’expert judiciaire procède à des prélèvements dans six appartements toute la journée aux Camélias", a expliqué ce mardi matin Erick Fontaine.

Accompagnée de deux représentants de la SIDR et de l’avocat des locataires, Maître Selly, l’experte judiciaire Myriam Schiel avait donc six visites d’appartements à son programme ce mardi. L’objectif étant de réaliser son propre diagnostic, un processus toutefois freiné par l’absence de certains documents non fournis par la SIDR. "Je n’ai pas fait de relevés, on poursuit la procédure, il y a des pièces manquantes...", a-t-elle ainsi simplement confié ce mardi matin.

"Ce que nous attendons, ce qu’on nous dise quel est le niveau d’amiante dans les appartements et dans quels endroits exactement se situe l’amiante, puisqu’on n’a jamais compris comment dans un appartement on peut avoir de l’amiante sur un petit carré de 2 centimètres en haut à droite et pas dans le reste de l’appartement. Ça nous paraît un peu invraisemblable...", a souligné de son côté Erick Fontaine. "Les prélèvements seront envoyés en métropole, on espère avoir les résultats d’ici un mois et demi maximum", a-t-il ajouté.

"On sait qu’il y a de l’amiante. La question n’est pas de savoir s’il y a de l’amiante dans les appartements aux Camélias. Ça a été reconnu par la SIDR, ça a été dénoncé par la CNL il y a près d’un an. Mais la question est de savoir à quel niveau, dans quels endroits et si c’est conforme à ce qu’on nous a dit", a conclu l’administrateur de la CNL.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !