Une subvention de 110 600 euros lui été allouée ce mardi :

Plateforme des emplois verts : la Région très très impliquée


Publié / Actualisé
Ce mardi 23 juin 2015, la commission permanente du conseil régional a alloué une subvention de 110 600 euros à la plateforme des emplois verts (PAEV 974). Mais derrière cet apport financier, le dossier de demande de subvention, le rapport d'activités 2014 ou encore les projets pour 2015 suscitent certaines interrogations et laissent apparaître une imbrication des genres entre cette plateforme et la Région...
Ce mardi 23 juin 2015, la commission permanente du conseil régional a alloué une subvention de 110 600 euros à la plateforme des emplois verts (PAEV 974). Mais derrière cet apport financier, le dossier de demande de subvention, le rapport d'activités 2014 ou encore les projets pour 2015 suscitent certaines interrogations et laissent apparaître une imbrication des genres entre cette plateforme et la Région...

Présidente de la plateforme des emplois verts, Brigitte Naze se dit "découragée". Tout d’abord en raison de l’entrée en vigueur de la réforme du financement de la formation des contrats aidés, qui avait entraîné une mobilisation qu’elle aurait aimé plus importante devant la préfecture le 10 juin dernier. Mais aussi parce qu’elle aurait bien aimé recevoir une enveloppe financière plus conséquente de la part de la Région pour cette année 2015.

"Ça m’agace car on reçoit la même subvention que l’année dernière (110 600 euros, ndlr) alors qu’on demande beaucoup plus. À part la Journée des emplois verts, on ne peut pas mettre en place un vrai programme d’actions cohérentes", déplore-t-elle. La présidente de la PAEV 974 a bien cherché d’autres financeurs, comme le conseil départemental, "mais ils ne voient pas l’intérêt de financer une plateforme d’emplois verts déjà financée par la Région", confie-t-elle.

Une plateforme aux contours flous

C’est que les liens entretenus entre la collectivité régionale et la plateforme des emplois verts doit décourager plus d’un financeur de s’y entremêler. En parcourant la demande de subvention de la PAEV 974, on s’aperçoit tout d’abord que la Région a contribué à l’identification des besoins ayant motivé la création de cette plateforme et se trouve donc à son origine. "Ce n’est pas vrai", répond toutefois Brigitte Naze, selon laquelle "à l’origine, ce sont les présidents d’association qui ont décidé de se structurer pour être force de proposition".

Autre curiosité, cette demande comporte une attestation de la présidente assurant que "l’association n’a pas bénéficié d’un montant total d’aides publiques spécifiques supérieur à 200 000 euros sur trois exercices", attestation dont Brigitte Naze, interrogée par Imaz Press, avoue ne pas avoir connaissance... "Mais nous avons reçu 54 582 euros en 2013 et 110 00 euros en 2014", souligne-t-elle. Or on se souvient qu’une polémique avait éclaté en 2013 au sujet du montant de la subvention accordée à cette plateforme qui s’élevait déjà à... 110 000 euros, une somme justifiée et assumée par la Région elle-même à l’époque. Ce qui ferait donc un total d’aides publiques de 220 000 euros pour les deux derniers exercices.

Ainsi, plus on se penche sur cette PAEV 974, plus tout s’obscurcit. Rien que le nom pose question, puisque cette plateforme rassemble non seulement les associations d’emplois verts, mais aussi toutes celles ayant recours aux contrats aidés. Il est également très difficile de connaître le nombre exact d’associations membres, le chiffre de 38, puis de 35 apparaissant dans différents documents, tandis que la présidente en évoque 52. De même, alors que la plateforme prévoit dans sa demande de subvention de passer de 1 à 3 salariés, Brigitte Naze indique qu’elle a dû se séparer récemment de son unique employé, faute de moyens...

Quand les emplois verts s'amusent

Et c’est sans parler de cette fameuse Journée des emplois verts, dite "JEV", qui absorbe à elle seule 64 000 des 110 600 euros de subvention régionale. Cette manifestation a pour but de "promouvoir et mettre en valeur le travail des agents des emplois verts et la promotion du secteur emploi vert, car on a pu remarquer qu’il y avait un manque de communication entre les associations, lié à une méconnaissance du dispositif dans l’opinion publique", mentionne la présentation de l’édition 2015. Celle-ci sera d’ailleurs encore plus coûteuse que les deux précédentes, en raison du lieu choisi, le musée de Stella Matutina à Saint-Leu, ce qui vaut une rallonge de 10 000 euros supplémentaires. "C’est mon idée, car je me suis rendu compte que les gens ne connaissaient pas l’histoire de La Réunion. On verra si on aura l’opportunité de la faire", confesse Brigitte Naze.

C’est que pour elle, cette journée est un moment important. "Les emplois verts en ont besoin dans le cadre de la valorisation de leur travail, pour apprendre à connaître d’autres salariés, pour échanger, rencontrer des partenaires. Les gens ont l’impression que ce sont 2500 paresseux assis par terre, alors il faut valoriser leur travail", insiste-t-elle.

Sauf que le rapport d’activités 2014 ne laisse pas tout à fait apparaître la même volonté de "valoriser" le travail des emplois verts, dans une description qui est écrite telle quelle : "L’animateur chauffe l’ambiance. Il annonce un panel d’artistes que les participants attendent avec impatience (...) Les langues se délient. Les rires fusent. Quelques personnes dansent. D’autres chantent... Les emplois verts s’amusent... La Journée des emplois verts, c’est aussi une fête !!!"

Le service communication de la Région sur tous les fronts

Et il y a l’implication des services de la Région dans l’organisation de cet événement qui lui est a priori extérieur. "La Région nous a un peu guidé la première année car on n’avait pas les compétences, mais depuis on a tout pris en main", assure Brigitte Naze. Mais là encore, la présentation de l’édition 2015 ne dit pas tout fait la même chose...

La description mentionne tout d’abord que "X personnes (sic) du conseil régional" font partie des "responsables du projet". Mais aussi qu’en raison d’un manque de moyens, est envisagée "une collaboration étroite avec les services concernés de la Région Réunion afin de pouvoir organiser en tout légitimité et confiance (re-sic) l’événement". Ou encore que "la collectivité apporte un savoir-faire et une expérience liés aux différentes organisation d’événements". Et enfin que le service communication de la Région participera "conjointement" à "la création d’un support de communication et de promotion de la JEV".

Le rapport d’activités 2014 est lui encore plus explicite, puisque parmi les événements "marquants" de l’année est mentionnée "la visite du président de Région" lors de la Journée des emplois verts. Une présence "qui ne revêt pas qu’un caractère symbolique", est-il écrit, le rapport mettant en avant le "bain de foule" de Didier Robert, "fortement apprécié par les associations gestionnaires".

Un malaise au sein même de la majorité

Les liens de proximité entre la Pyramide inversée et la PAEV 974 ne semblent pas du tout ténus. Au point que "nous avons décidé de répondre favorablement à l’appel du conseil régional à participer à la manifestation du 16 octobre 2014 devant la préfecture, sur l’arrêt du financement de l’État au dispositif de continuité territoriale", est-il écrit mot pour mot dans le rapport, ce que nuance toutefois Brigitte Naze : "C’est moi qui ai appelé à la mobilisation, car c’est nous qui bénéficions de la continuité territoriale."

Reste que le malaise est bien réel lorsqu’on se penche sur l’imbrication entre cette plateforme des emplois verts pour le moins floue et la collectivité régionale. Un malaise soulevé par certains élus de l’opposition (l'Alliance a voté contre la subvention et le PS s'est abstenu) ce mardi lors de la réunion de la commission permanente. Malaise aussi ressenti du côté de la majorité (qui a voté pour), certains s’étant même demandé quel était l’élu délégué aux emplois verts...

Brigitte Naze dit avoir le plus souvent affaire à Valérie Bénard, 6ème vice-présidente déléguée à l’illettrisme, tandis que du côté du conseil régional, interrogé par Imaz Press, on cherche encore visiblement la réponse...

Guilhem George pour www.ipreunion.com

   

22 Commentaire(s)

@mytho, Posté
excusez moi apres avoir des renseignement la paev974 ce bat pour la reconduction des emplois vert c est les salaries j ai parler trop vite et insultes des responsable je m en excuse mr et mes dames et continues de defendre ces personnes contre l etat
Miriam, Posté
Notre famille a la Possesion nous sommes pour cette plateforme emplois vert j'adhère a leur idée et défence pour la reconduction des chantiers et à la formation grâce a cette formation que j'ai pu avoir un emplois chez la semader comme agent entretien je demande au personne qui aime dire que des méchancetés de ce mettre a la place de ces personnes qui sont dans cette plateforme et on va voir si c'est facile et avoir des insultes avec des personnes sans cervelles au moin cette plateforme emplois verts existes même la presse si mêle
Pour les détruire donc ils sont impressionnants ces personnes qui dirige cette plateforme.
Hoarau, Posté
Moi, j'en ai marre de ces contrats aidés! Je voudrais des contrat moins aidés et surtout qu'ils évitent de servir les intérêts de quelques personnes! C'est quoi son salaire à madame Naze? Et la personnes à qui elle a affaire, madame Valérie BENARD, elle est arrivée comment à ce poste? Ne serait ce pas une ancienne de l'ARAST qui aurait été placée là pour bons et loyaux services? (entendez faire porter le chapeau au conseil générale!) Pourrions nous, s'il vous plaît, avoir des gens compétents au lieu d'avoir droit à ces manigances et autres mizouks!
Lando, Posté
Moi oui la plate forme j'ai 67ans oui pour la paev
Stella, Posté
Je revient sur mes propos super la région après avoir réfléchit on fait baissez le chômage avec les emplois verts super
Abdil, Posté
110000€ très peu auprès du passage du ministre une soirée 363000€ en bouffe de classe et champagne une soiré et on cri juste une journée de 14 heures avec des emplois verts et des familles ôté arrete rabaisse créole .
Sam, Posté
Franchement je ne suis pas très fan de politique mais quand je vois certaines réactions à chaque fois qu'on parle de Didier Robert je me dis que, soit ces gens sont adeptes du cultes de la personnalité, soit ils sont ils ne veulent pas regarder la réalité en face. Mais ça se voit direct que ce monsieur est en campagne électorale la. Arrêtez de le présenter comme le messie bon sang...
Squaw, Posté
Encore un organisme qui sert à la Région pour obtenir des voies! “Tout le monde il est content“ et pendant ce temps, nos routes sont délabrées...
Stella, Posté
Depuis que je suis en politique je n' ai jamais vus autant d' emplois qui a été mise en place par le président de région, vous avez il y a pas que les emplois verts, il faut que tous en profite, aujourdhui sans Didier Robert ce combat on aurai pas eu ces bons pour nos enfants.....
Jules, Posté
Ca y est les cocos se sont réveillés!
Isouf, Posté
Grâce a mon contrat aides j'ai pu obtenir mon permis caves et la plateforme m'a bien orienter pour ma formation il faut que cette plateforme existe et nous aides à evoluer merci
Noel, Posté
Je suis sur st leu je suis pour la plate forme des emplois verts et félicitations pour nous défendre sinon les élus ou gouvernement finis tuer notre contrat et je vous soutient
Thierry R, Posté
La critique est aisé l'art est difficile alor ce qui critique faite mieux queu.
Léonce bert, Posté
Mi lés pou la plateform nana y félin bon geste pou défend nout travail si zot y voi lés Pa bon alé fé comme zot au moin né n'a domoune comme zot po parle po nou cette y critique les jaloux cour derrière mi aime la plateform
Linda, Posté
Si c étais pas eu bout contra tes a l eau bravo plateforme envois ces mou stages marchez et vive la plate forme
Vali, Posté
110.000 euros juste pour organiser la journée des emplois verts . Ca fait cher la journée!! (supprimé pour prise à partie - webmaster ipreunion.com) ne lésine pas sur les moyens quand il s'agit d'assurer sa promotion électorale, surtout quand l'argent ne sort pas de sa poche. Grave quand même quand on connait la situation de La Reunion. Vivement decembre !!
CHABAN, Posté
La vie est belle sous les tropiques.
+9000 emplois verts en 5 ans formés!?!?!??
Quand on voit les herbes sur le bord de chemin je me demande où ils sont?
Vel, Posté
Belle investigation IPR. Mais ne vous contentez pas que d'une copie bien choisie. Il faudrait aller plus loin car la matière ne manque pas. Faites le tour des 24 communes, arrêtez-vous éventuellement au Palais de la Source et vous serez en mesure de décrypter sans difficulté, en épluchant les fameux dossiers COSA, la machine bureaucratique qui systématise l'instrumentalisation de la misère son profit. Mais faites vite car on parle aussi ces derniers temps de la disparition de la circulaire Fillon... le fameux seuil de 200K€.
Jean-Loup, Posté
Il faut absolument sortir tous ces contrats aidés de la main des élus. Ils détournent un système destiné à lutter contre le chômage pour leur seule élection. Comment des élus encore jeunes (supprimé pour prise à parite - webmaster ipreunion.com) peut se comporter de cette horrible manière en se servant de la misère de ses propres compatriotes? Les exploiteurs de la misère sont parmi nous. Ziskakan?
Marco , Posté
Manigances électorales payées par le contribuable Reunionnais.
@mytho, Posté
Brigitte NAZE , un phénomène

C est moi ! C est moi ! C est moi ! C est moi ! C est moi ! ...

C est moi ! oublie un certain Gérard AGATHE , un charlot de première dans le dispositif emplois verts , sans compter ceux qui tirent les ficelles au cabinet de la région du sortant !
CHABAN, Posté
La vie est belle sous les tropiques.
+9000 emplois verts en 5 ans formés!?!?!??
Quand on voit les herbes sur le bord de chemin je me demande où ils sont?