Saint-André - La Case Ti Marmaille :

Une nouvelle Maison d'assistants maternels à La Réunion


Publié / Actualisé
Les MAM, les Maisons d'assistants maternels, sont un mode d'accueil innovant. La ville de Saint-André inaugure sa nouvelle structure, la Case Ti Marmaille, située au chemin du Centre.
Les MAM, les Maisons d'assistants maternels, sont un mode d'accueil innovant. La ville de Saint-André inaugure sa nouvelle structure, la Case Ti Marmaille, située au chemin du Centre.

L’idée est née entre deux assistantes maternelles de Saint-André mues par la même motivation : "sortir de l’isolement les AM qui travaillent en général à domicile et favoriser la socialisation des enfants". Du projet à la concrétisation, il n’aura fallu que quelques mois et beaucoup de démarches administratives.

Après avoir obtenu l’agrément au mois de mars dernier, l’équipe, formée de quatre personnes, est très vite constituée. Samedi 26 septembre avait donc lieu l’inauguration de la seizième Maison d’assistants maternels sur l’île. Même si ces structures sont privées, elles permettent de regrouper les professionnels et de mettre en moyen les différentes compétences.

Les MAM permettent ainsi de répondre aux besoins des familles des territoires ruraux par la proximité qu’elles offrent, et compensent, de fait, le manque de structure d’accueil de type crèche ou halte-garderie. Ainsi, avec la Case Ti Marmaille, ce sont treize places de plus pour un accueil du lundi au vendredi de 7h30 à 17h30 et le samedi de 8 heures à midi.

Le Conseil régional, qui soutient ce genre d’initiative, rappelle d’ailleurs que des aides financières existent pour ceux et celles qui voudraient se lancer dans le projet. Ainsi pour ouvrir une MAM, il faut au minimum être deux, disposer d’un agrément d’assistant maternel et d’un agrément local, avoir suivi les formations exigées et disposer d’un local.

Un projet réalisable, d’autant que les "Asmat" désireux, "peuvent bénéficier de subventions jusqu’à 20 000 euros", ainsi que l’aide et le soutien de la Protection maternelle et infantile (PMI), souligne Graziella Boustoini, conseillère départementale. En 2015, 130 personnes se sont intéressées à ce dispositif et ont sollicité les services de la PMI.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !