L'intersyndicale demande à rencontrer le préfet :

Arrêt du chantier de la NRL : les syndicats du BTP veulent que les travaux se poursuivent


Publié / Actualisé
Suite à l'arrêt du chantier de la Nouvelle route du littoral au niveau, les syndicats du BTP (CGTR et CFDT) ont fait savoir ce mercredi 30 septembre 2015 leur position. Pour l'intersyndicale, l'arrêté interruptif des travaux pris par la mairie du Port à l'encontre de la société Vinci Construction Grands Projets met en difficulté l'emploi de 120 personnes. Les représentants syndicaux ont demandé à ce qu'une rencontre avec le préfet soit organisée "le plus rapidement possible". Nous publions leur communiqué dans son intégralité ci-dessous.
Suite à l'arrêt du chantier de la Nouvelle route du littoral au niveau, les syndicats du BTP (CGTR et CFDT) ont fait savoir ce mercredi 30 septembre 2015 leur position. Pour l'intersyndicale, l'arrêté interruptif des travaux pris par la mairie du Port à l'encontre de la société Vinci Construction Grands Projets met en difficulté l'emploi de 120 personnes. Les représentants syndicaux ont demandé à ce qu'une rencontre avec le préfet soit organisée "le plus rapidement possible". Nous publions leur communiqué dans son intégralité ci-dessous.

"L'intersyndicale apporte sa solidarité totale pour l'ensemble des salariés mise en difficulté aujourd'hui, soit 120 personnes.

Nous ne pouvons pas rester insensibles à ce qui se passe dans la branche du BTP.

Il est incompréhensible et inadmissible d’avoir laissé les entreprises embaucher des salariés, qui ont des familles à nourrir et des créances à honorer, d’avoir laissé installer la centrale à béton, et tous les autres éléments essentiels pour la réalisation de ce grand chantier, et l’arrêter aussi brutalement.

La dispense d'un permis de construire au regard de l'article R421-5 du code de l'Urbanisme prévoyant que " les constructions temporaires " ne sont pas obligatoires et en sont dispensés.

Même si le permis n’étant pas obligatoire, les entreprises du groupement on fait un courrier pour le dire. Pour calmer les ardeurs, ces entreprises ont déposé un permis pour la centrale à béton.

Et c’est à ce moment précis et inexpliqué que la Mairie du PORT décide de manière unilatérale et brutale de stopper net cette partie du chantier, entrainant des pertes de salaires pour les salariés y travaillant sur ce site, et peut être même des licenciements.

Nous constatons, que la Mairie a utilisé le dépôt de permis de construire pour mettre 120 salariés et familles en difficulté. Puis, il annonce à la télévision que la centrale utilisera 600 M3 par jour, or d‘après nos infos que nous détenons il ne s’agit que de 150 M3 par jour.

Nous constatons, que sur cette partie du chantier, que seule la partie production est arrêtée, mais pas les camions qui continuent à approvisionner le site de la Possession alimentant la partie digue, alors que les galets sont stockés sur le site qui a font aussi l’objet de l’arrêté municipal. Comprend-on ce qui se passe ?

Les salariés ne doivent pas subir une fois de plus les dommages collatéraux des dirigeants des sociétés, des politiques ou autres.

S’il y avait besoin d’un permis de construire, ces entreprises du groupement n’auraient pas misé autant en dépense sur ce chantier sachant qu’il serait arrêté par la suite.

La Mairie évoque un permis de construire et finit par un problème d’eau. Il faudra nous expliquer, que lors de la construction de la routes des Tamarins au moins 3 centrales à béton ont été construites et ce sans permis, de même pour les centrales à enrobées.

L’intersyndicale demande officiellement ce jour une rencontre avec le Préfet sur ce problème le plus RAPIDEMENT possible.

Les salariés de ce chantier ne devront pas se laisser faire et nous nous combattrons à leurs côtés.
Nous voulons dénoncer les licenciements prévus sur l’échangeur côté Possession, car nos salariés sont embauchés par contrat de tâche et sont licenciés le plus rapidement, tandis que les expatriés leurs contrats sont pour la durée de chantier, soit la fin de la NRL."

   

2 Commentaire(s)

CHABAN, Posté
Je suis zému la CGT du patronat VINCI défend ces nouveaux adhérents.
Je suis zému!!!!!
Maki, Posté
Mais non vous avez du mal comprendre. Le président de région actuel a affirmé sa préférence régionale. Ce sont donc les Réunionnais qui ont leur contrat prévu jusqu'à la fin de la NRL et non les expat. Vous vous trompez!
Si seulement ce que je venais de dire était vrai...
Illustration : Kwa Films

Kwa Films

37 reportage(s)