Le départ légal repoussé d'un an :

FSU - Retraites complémentaires : "les salariés vont trinquer"


Publié / Actualisé
Vendredi 16 octobre 2015, le Medef a signé, avec les trois syndicats CFDT, CFE-CGC et CTFC, "un accord de principe" sur les régimes de retraite complémentaires, selon un système de bonus-malus. "Une mauvaise nouvelle pour les salariés" selon la FSU. (Photo d'illustration)
Vendredi 16 octobre 2015, le Medef a signé, avec les trois syndicats CFDT, CFE-CGC et CTFC, "un accord de principe" sur les régimes de retraite complémentaires, selon un système de bonus-malus. "Une mauvaise nouvelle pour les salariés" selon la FSU. (Photo d'illustration)

Le départ à la retraite à 62 ans est-il déjà une époque révolue ? Le patronat a signé un accord avec trois syndicats, dont la principale conséquence est de repousser d’un an le départ à la retraite. De fait, dès 2019, un salarié qui remplit toutes les conditions pour toucher sa retraire de base à taux plein, devra travailler un an de plus pour bénéficier pleinement de sa retraite complémentaire, et ce même s’il a tous ses trimestres de cotisation. Mais, a contrario, avec un système de bonus-malus, celui qui voudra prolonger sa carrière de quelques années en plus, touchera plus (de 10 à 30 % pour une à trois années).

S’il refuse cette option de rester plus longtemps sur le marché du travail, sa pension complémentaire sera diminuée de 10 % pendant au moins deux ans. Pour la FSU, "il s’agit d’une nouvelle manœuvre pour contraindre les salariés à différer leur départ en retraite, pour allonger la durée du temps de travail".

Pour le syndicat, "de telles mesures tournent le dos au principe de justice sociale, et elles ne permettent même pas d’équilibrer les régimes ARRCI et AGRIC". Une position sur laquelle la CGT et la FO, qui ont refusé de signer l’accord, rejoignent la FSU : "ces propositions restent inacceptables". Le numéro de la CGT, Philippe Martinez a dénoncé le projet en estimant que les salariés et les retraités "vont devoir payer une nouvelle fois".

Face à ce nouvel accord, la FSU demande au gouvernement de "prendre ses responsabilités pour assure à tous les salariés des retraites à taux plein sans revenir une nouvelle fois sur l’âge légal de départs à la retraite".

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Squaw, Posté
Il semblerait que la résignation soit de mise alors que le pillage des bas et moyens salaires continue. On distribue, gaspille et vole trop d'argent des les caisses de l'Etat et des grands organismes en France, et ce sont les petits et moyens salaires qui en font les frais, écoeurant!