FDSEA :

Le prix du sucre augmente, les planteurs en souffrent


Publié / Actualisé
La Fédération départementale des syndicats des exploitants agricoles a tenu une conférence de presse jeudi 22 octobre 2015 au sujet du prix mondial du sucre. Et le constat est mauvais : "malgré les prévisions, le constat reste le même, le prix du sucre continue de flamber", s'alarme Frédéric Vienne, président de la FSDEA. Et les premiers à en souffrir sont les planteurs.
La Fédération départementale des syndicats des exploitants agricoles a tenu une conférence de presse jeudi 22 octobre 2015 au sujet du prix mondial du sucre. Et le constat est mauvais : "malgré les prévisions, le constat reste le même, le prix du sucre continue de flamber", s'alarme Frédéric Vienne, président de la FSDEA. Et les premiers à en souffrir sont les planteurs.

Usiniers et planteurs s’étaient retrouvés en juin 2015 pour négocier la convention canne, avant de la signer en présence du Premier ministre, Manuel Valls. Mais la FDSEA, persiste à s’opposer à cette convention  "qui ne correspond pas aux agriculteurs et aux petits planteurs de La Réunion", se désole le président, Frédéric Vienne.

A cela s’ajoute le prix mondial du sucre, qui ne cesse de croitre : "en janvier  2015 la tonne était à de 404€, en juillet à 414€, et on sait que ça ne va pas aller à en s’arrangeant", explique Frédéric Vienne. Et tout cela n’augure rien de bon pour la filière sucrière à La Réunion.

"Tout le monde se réjouit de la prime bagasse, mais il faut rétablir les choses". Le président de la FDSEA tient à rappeler que sur les 14,50€, le planteur ne touche que 12,30€, ce qui fait une augmentation de un euro par tonne : "c’est insuffisant. Bien insuffisant. Et ceux qui disent qu’ils pourront investir ont tord", dénonce-t-il. Frédéric Vienne explique ainsi que pour investir il faut du temps, or la prime bagasse est valable que jusqu’à 2017, un laps de temps trop court pour investir.

Et 2017, n’est pas une date anodine. "Il ne nous reste plus que deux ans avant la date d’échéance sur la suppression des quotas prise par l’Europe", rappelle Frédéric Vienne, "et nous n’avons toujours aucun retour sur les 38 millions d’aides promis", se plaint le président.

Pour lui, l’avenir des planteurs à La Réunion est sombre, et il faut agir de suite. A en croire le président, "la prochaine convention (qui doit être signée en 2017 NDLR) sera encore plus difficile à négocier car il n’y aura plus les garanties d’écoulement" dit-il, très craintif, Il préfère se concentrée sur un objectif plus proche : "il reste encore 650 000 tonnes de cannes à traiter d’ici décembre", rappelle-t-il. La campagne sucrière de 2015, commencé il y a quelques mois, est marquée par une faible teneur en sucre.

www.ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

, Posté
veuillez faire une grande coopérative entre planteur de canne à sucre , faite un projet , et via les fonds de la feder , europe , afd, et qui n'est que l'argent du contribuable français versé à l'europe et qui le redistribue à la france et dom-tom.
faite une usine pour fabriquer du sucre et le vendre sur l'ile et meme l'exporter .
cela fera de l'emploi , la région n'aura rien à dire et se sera un label pays.
ce projet est possible avec une bonne volonté et fiable à 100% , autant gagner moins mais c'est valorisant, (que d'ètre sous la diktat des autres , usiniers , marchés mondial etc...).
à ce jour les planteurs de canne sont tributaires du marchés mondial et la mondialisation détruit tout sur son passage.

GERARD97460, Posté
Arrêtez de planter de la canne à sucre, c'est pas la culture qu'il faut pour la REUNION, il manque de la surface cultivable, il faut rapidement chercher et trouver autre chose à faire comme culture pour ces planteurs de canne à sucre, pour être rentable dans la canne à sucre il faut de très grande surface cultivable pour le faire et ce n'est pas la cas de la REUNIUON où il manque des surfaces cultivables, trouvez rapidement autre chose à cultiver sinon vous allez être manger tout cru, c'est juste un conseil, arrêtez d'écouter ces politiques ou ces syndicalistes agricoles qui vous racontent n'importe quoi, ils n'ont jamais voyager dans le monde pour vous dire la vérité sur cette culture, ils vous entretiennent à petit feu et contre toutes vérités de la chose réelle de cette culture de la canne à sucre.. A bon entendeur salut..