Impacts de la saison cyclonique :

La chaleur ne fait pas fondre les prix des fruits et légumes


Publié / Actualisé
Comme chaque année, la période cyclonique est un temps difficile pour la filière des fruits et légumes. Les grosses chaleurs et les fortes pluies qui se sont abattues sur La Réunion font craindre une augmentation des prix sur les étals des bazars. Pour le moment "l'impact au niveau du consommateur est encore limité" indique Alain Sabine, directeur du marché de gros à Saint-Pierre (Photo d'illustration)
Comme chaque année, la période cyclonique est un temps difficile pour la filière des fruits et légumes. Les grosses chaleurs et les fortes pluies qui se sont abattues sur La Réunion font craindre une augmentation des prix sur les étals des bazars. Pour le moment "l'impact au niveau du consommateur est encore limité" indique Alain Sabine, directeur du marché de gros à Saint-Pierre (Photo d'illustration)

Tomates, salade ou bredes... ces légumes prisés des consommateurs  se font un peu plus rares sur les stands des marchés. La saison cyclonique qui s'étend de décembre à avril est une période difficile pour les producteurs de fruits et légumes.

D'ailleurs, les fortes pluies de ce début d'année ont commencé à impacter les productions, bien que les conséquences sur les prix au détail ne soient pas encore réellement visibles.

Parmi les légumes subissant déjà quelques hausses de prix au marché de gros de Saint-Pierre, la courgette qui passe de 15 à 20 euros la caisse de 25 kg et la petite tomate de serre qui se vend à 20 euros au lieu de 15 pour la caisse de 20 kg. Ces augmentations se répercutent bien sûr sur les ventes au détail, "mais nous de devrionsas connaître de grosses flambées des prix" estime le grossiste.

Du côté des fruits, c'est la prune qui a le plus souffert des aléas climatiques. "Les récoltes ont été abîmées, tout comme les dernières productions de letchis. Disons que le temps a accéléré les dernières récoltes" explique Alain Sabine.

D'autres hausses de prix sont à venir, préient le directeur du marché. "L'impact des fortes pluies se constate souvent 15 à 30 jours après les grosses précipitations lorsque le manque de production est effectif" souligne Alain Sabine.

Le directeur du marché de gros note que les grosses chaleurs sont aussi un problème pour les agriculteurs. "Sur le terrain, c'est 35 à 40 degrés sur les champs et plus de 50 degrés sous les serres. C'est infernal" remarque-t-il en notant que cela impacte également les productions.

Comme tous les ans à la même période, les détaillants devraient se tourner vers les fruits et légumes d'importation pour pallier le manque de produits locaux, termine Alain Sabine.

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Aimanou, Posté
Retour en metropole, en fin d'année, le prix des letchis de la Réunion. , sur mon marché proche de Paris, étaient entre 14,95€ et 23,95 €. Ce matin ils sont affichés à 19,95€. Les hypermarché, on a pu les trouver à 11,95 pendant les fêtes.