Mayotte :

Près de 2 200 clandestins reconduits en janvier 2016


Publié / Actualisé
Environ 2 200 personnes en situation irrégulières auraient été reconduits à la frontière mahoraise en janvier 2016, note France Mayotte matin. Le quotidien constate que ce mois-ci, 15 locaux de rétention administrative ont été ouverts afin de pallier le manque de places du nouveau centre. La ministre des Outre-mer, George Pau-Langevin, a annulé au dernier moment la réunion qui devait avoir lieu ce mardi au sujet de l'immigration clandestine en présence du préfet de Mayotte et des parlementaires mahorais. (Photo d'illustration)
Environ 2 200 personnes en situation irrégulières auraient été reconduits à la frontière mahoraise en janvier 2016, note France Mayotte matin. Le quotidien constate que ce mois-ci, 15 locaux de rétention administrative ont été ouverts afin de pallier le manque de places du nouveau centre. La ministre des Outre-mer, George Pau-Langevin, a annulé au dernier moment la réunion qui devait avoir lieu ce mardi au sujet de l'immigration clandestine en présence du préfet de Mayotte et des parlementaires mahorais. (Photo d'illustration)

Le nouveau centre de rétention administrative, mis en service en septembre dernier et doté de 148 places, a une capacité d'accueil très insuffisante. Ainsi, en 2015, depuis l'ouverture du centre, 36 locaux de rétention administrative (LRA) ont du être ouverts face à l'importance du flux migratoire.

Au mois de janvier 2016, 15 LRA ont, de la même façon, été créés. Selon le calcul du quotidien France Mayotte matin, cela témoigne de l'accueil de 2 200 étrangers en situation irrégulière au minimum, soit une moyenne de 71,61 personnes expulsées chaque jour.

"Les bénéficiaires de titres de séjour délivrés à Mayotte doivent pouvoir circuler dans tous les départements de France et ne plus rester coincés sans avenir à Mayotte", a estimé le député mahorais Boinali Saïd Toumbou sur Facebook. "La situation n'est plus possible car elle déstabilise le territoire alors que nous sommes le département le plus pauvre de la République et économiquement fragile."

Pour proposer des solutions face à cette situation alarmante, une réunion devait se tenir mardi 2 février 2016 en présence de la ministre des Outre-mer, du Préfet de Mayotte ainsi que des parlementaires mahorais. George Pau-Langevin a annulé le jour-même la rencontre. Une décision qui n'a pas manqué de faire réagir le député Boinali Saïd Toumbou : "Quelles conclusions faut-il en tirer ? Cette réunion aura-t-elle finalement lieu un jour? (...) Faut-il maintenant faire appel à la Ligue des droits de l'homme ?"

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Gemijuco, Posté
Le titre de séjour pour Mayotte leur permettrait de venir circuler en Métropole ??? c'est une façon détournée d'envahir La France (métropole et outre-mer) . On a plus de migrants qu'on ne peut en accueillir, il faudrait arrêter, car on est déjà au fond du gouffre. En général ce n'est pas du travail qu'ils veulent mais des sous ! Certains migrants ont une moralité formidable, mais c'est loin d'être le cas pour tous. Les pauvres français paient, alors que nos SDF français couchent dans la rue, il ne faut pas exagérer. On offre aux migrants, immigrés et autres, des chambres d'hôtel, et nos agriculteurs se suicident car ils ne peuvent pas y arriver. Merci les grandes surfaces et nos dirigeants : ils écoutent mais n'entendent pas. AUDIKA au secours !