MENU

Contre le projet de loi El Khomri :

La CGTR appelle au rassemblement le 31 mars


Posté par
Dans un point presse tenu ce vendredi 25 mars 2016, la CGTR dans le cadre de l'intersyndicale FSU - UNSA - FO - UNEF appelle au rassemblement le 31 mars 2016 pour s'opposer au projet de loi de travail de Myriam El Khomri. Un mouvement est prévu à Saint-Pierre, devant la sous-préfecture et la mairie, un autre se fera à Saint-Denis du côté du Petit marché. "Il ne reste que le code du travail pour protéger les salariés, il ne faut pas y toucher" estime Yvan Hoarau, secrétaire général de la CGTR. Nous publions ci-après l'intégralité du communiqué du syndicat.
Dans un point presse tenu ce vendredi 25 mars 2016, la CGTR dans le cadre de l'intersyndicale FSU - UNSA - FO - UNEF appelle au rassemblement le 31 mars 2016 pour s'opposer au projet de loi de travail de Myriam El Khomri. Un mouvement est prévu à Saint-Pierre, devant la sous-préfecture et la mairie, un autre se fera à Saint-Denis du côté du Petit marché. "Il ne reste que le code du travail pour protéger les salariés, il ne faut pas y toucher" estime Yvan Hoarau, secrétaire général de la CGTR. Nous publions ci-après l'intégralité du communiqué du syndicat.

Le patronat refuse le principe de la négociation dans le BTP. Cela est grave. Surtout, dans l’exaspération grandissante des salariés en emploi ou sans emploi et une situation sociale délitée. S’appuyer sur la crise pour tondre encore les salariés. Une crise dont les salariés sont les victimes pendant que le capital en porte la responsabilité. Plus que la crise, le "crash". Les salariés du BTP connaissent, plus que jamais, à quoi s’attendre.

Les majors, les sociétés transnationales, à la Réunion, comme ailleurs, prélèvent les richesses des territoires et les rapatrient sous d’autres cieux, financiers. Nos TPE sont emprisonnées dans des réseaux de sous traitance en cascade, où des miettes du gâteau lui sont laissés. Le patronat du BTP a été entendu : à la STAR la proposition patronale est aussi de 0% ! C’est tous les salariés, quelque soit, le secteur qui sont attaqués.

De la défiscalisation au Pacte de responsabilité en passant par la LODEOM et le CICE majoré à la Réunion, sans oublier la TVA non récupérable… les aides publiques sont massives et tombent principalement dans les escarcelles de ces mêmes STN.

Ces sommes astronomiques viennent de la poche des contribuables composés principalement de salariés. Cette politique de baisse du cout du travail considéré comme un coût alors qu’il est facteur de richesse nous est présenté comme l’alpha et l’oméga. TINA ("There Is No Alternatif") Devant un patronat ne créant pas d’emploi alors qu’il reçoit en même temps les 41 milliards d'euros du Pacte de responsabilité, le premier ministre Valls, peut être obligé de faire semblant, a été amené à "brandir" la menace de faire jouer la conditionnalité.

Que n’a t on vu alors du coté du patronat ? Il condamnait : "les propos inadmissibles" du premier ministre, ouvrait une crise de confiance (celui qui rompt la confiance s’en prévaut !), et rejetait expressément (pour la première fois, porté par le vent gouvernemental en poupe !) la notion de conditionnalité.

Le patronat du BTP, FRBTP et CAPEB, affiche du mépris envers leurs salariés et tous les autres. Il souffle sur la braise. Les attaques contre le droit du travail, qui ont commencé bien avant le projet de loi El Khomri, connaissent aujourd’hui une accélération.

Ce texte est à rejeter car écrit de la main du Medef, il ne peut servir de base aux discussions, et négociations. " Malgré les amendements…., la philosophie est sauvegardée " disait M. Valls. Nous sommes bien d’accord et c’est pour ça qu’il est à rejeter ! La CGTR appelle à la mobilisation le 31 mars pour dire non au projet de loi El Khomri. Au delà  du droit du travail, la question sociétale est posée. N’entrons pas à reculons dans le 21è siècle.

Yvan Hoarau, secrétaire général de la CGTR.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !