En Amérique on aime aussi le ballon rond :

VIDÉO - Seattle : le foot (le soccer comme ils disent), le kop et les mouettes


Publié / Actualisé
Aux Etats-Unis il y a le baseball, le basket et le football américain. Il y a aussi le football tout court, le soccer comme ils disent ici. Et on aurait tort de croire que ce sport roi en Europe et en Amérique du sud, ne fait pas recette au pays de la bannière étoilée. Non vraiment, aux Etats Unis aussi on aime le football. La preuve par les 41 000 personnes, le kop et les mouettes qui ont assisté ce samedi 21 mai 2016 à la rencontre Seattle Sounders FC - Colorado Rapids au stade CenturyLink Field de Seattle. Les locaux ont été battus, le kop ne leur en a pas tenu rigueur et les mouettes sont venues manger les restes de pop corn dans les tribunes.
Aux Etats-Unis il y a le baseball, le basket et le football américain. Il y a aussi le football tout court, le soccer comme ils disent ici. Et on aurait tort de croire que ce sport roi en Europe et en Amérique du sud, ne fait pas recette au pays de la bannière étoilée. Non vraiment, aux Etats Unis aussi on aime le football. La preuve par les 41 000 personnes, le kop et les mouettes qui ont assisté ce samedi 21 mai 2016 à la rencontre Seattle Sounders FC - Colorado Rapids au stade CenturyLink Field de Seattle. Les locaux ont été battus, le kop ne leur en a pas tenu rigueur et les mouettes sont venues manger les restes de pop corn dans les tribunes.

Soir de match de foot à Seattle

Un samedi soir de match de foot aux abords du stade CenturyLink Field de Seattle. Pancartes brandies à bout de bras, des dizaines de personnes distribuent des prospectus demandant de boycotter un hôtel d'où un certain Prospero vient d'être viré après avoir fait une attaque cardiaque.

Un peu plus près du stade un autre groupe de manifestants agitent des pancartes proclamant cette fois que le jugement dernier est proche et qu'il convient de se repentir d'urgence.

Juché sur une estrade, un imposant personnage hurle dans un mégaphone lancé à fond qu'il faut se presser d'entrer dans le stade car le match Seattle Sounders FC – Colorado Rapids-  comptant pour la 10ème journée du championnat américain -, va commencer. Des milliers de personnes font ce qu'il leur dit et se hâtent vers les entrées de l'arène. Le vert, la couleur du Seattle Sounders FC se décline en écharpes, en chapeaux, en drapeaux, en tee shirts, en sweet shirts, en tout ce qui est visible…

Dans les tribunes aux trois quarts pleines de l'énorme stade, l'ambiance bat son plein. Ça sent le pop corn et la barbe à papa, le hot dog et la bière. Depuis un moment déjà le kop de Seattle est à l'œuvre. Il y a les chauffeurs de foule, les chanteurs, les hymnes… Pour un peu on se croirait à un Jeanne d'Arc – Excelsior. Sauf que les proportions sont multipliées par dix, au moins. Il y a 41 000 personnes dans le stade (il peut en contenir 70 000). Plus d'un millier de supporters composent le kop. Et, style roulèr de France version américaine, même les tambours sont plus gros. Ce sont des grosses caisses qui ont amenées dans les tribunes.

L'ambiance grimpe encore lorsque les deux équipes entrent sur le terrain – qui lui est de taille "normale" -, l'ambiance grimpe encore. Aux "we are the boss" ("nous sommes les boss") de la tribune est, répondent les "go, go, go Seattle" ("allez, allez, allez Seattle" de la tribune ouest.

Un kop déchaîné

Le kop et son millier de personnes sautent en place selon le rythme donné par le chauffeur foule. Il restera dos au stade pendant toute la première mi-temps. Tel un chef d'orchestre il donne le ton des slogans, des chansons, des applaudissements, enfin de tout. Il sera remplacé par son jumeau en animation à la seconde mi-temps.

Sur le terrain, il faut bien le dire, le spectacle est moyen. Pas de grandes envolées, pas de grandes inspirations, mais qu'importe, le public est ravi. Surtout que Seattle domine. Hélas pour eux, sans conclure.

Et puis arrive la catastrophe : Colorado Rapids –venu sans supporters -, marque un but contre le cours du jeu. "Oooooh" se désespèrent les tribunes. La ferveur du kop, elle, ne faiblit pas. Au contraire. Les grosses caisses redoublent de sonorité, les drapeaux sont agités avec plus de force, les sauts sont plus haut, le chauffeur de foule donne encore plus du geste et de la voix. Une sorte de déni de but.

A la mi-temps alors qu'un orchestre de cuivres survoltés assure l'intermède, les effluves de pop corn montent d'un cran. À la reprise Seattle est visiblement déterminé à égaliser. Mais malgré une bonne demie douzaine d'occasions en or, le ballon passera au dessous, sur le coté, mais pas dedans. Dans les tribunes "aaahhh" et les "ooohh" rivalisent avec les "wooootch" et les noms d'oiseaux que la bienséance ici comme ailleurs interdit de retranscrire. Le kop continue son show, sans discontinuer ni désespérer.

Ne restent que les mouettes

Tout ici bas ayant une fin, le match se termine. Sur la défaite des locaux. Triste fin, sauf pour le kop qui continue encore et toujours.

Etonnamment avec un nombre aussi important de spectateurs, le stade se vide rapidement et sans bousculade. Quelques minutes plus tard, il ne reste que les irréductibles du kop en compagnie d'un vol serré de mouettes. Lesquelles averties de la fin du match par une mystérieuse horloge biologique, viennent tenir banquet dans les tribunes avec les restes de pop corn, de hot dog et peut-être de bière, qui sait, laissés par les supporters.

Les irréductibles du kop finiront par laisser le champ libre aux mouettes, nettoyeuses écologiques de stade. Cela se passe comme ça un samedi soir de championnat de football, de soccer, comme ils disent ici à Seattle dans l'état de Washington, Etats-Unis


A Seattle, Mahdia Benhamla pour www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !