Le festival vu par la rédac' :

Photos - Cinq concerts qui ont marqué le Sakifo 2016


Publié / Actualisé
43 concerts en 3 jours. A l'heure où les dernières notes résonnent sur le front de mer de Saint-Pierre, il est temps de faire le bilan de ce cru 2016. Voici un top très subjectif des prestations qui nous ont marqué pendant le Sakifo 2016.
43 concerts en 3 jours. A l'heure où les dernières notes résonnent sur le front de mer de Saint-Pierre, il est temps de faire le bilan de ce cru 2016. Voici un top très subjectif des prestations qui nous ont marqué pendant le Sakifo 2016.

- BigFlo et Oli , samedi 4 juin à 19h - Parce que quand on a vu arriver ces deux "ti marmay", on ne se doutait pas qu'ils allaient enflammer Salahin avec du gros flow. Ces deux-là ne sont pas des gangstas, mais bien des re-sta.

- Faada Freddy, dimanche 5 juin à 19h - Parce que tout y était : l'ambiance, la présence, les voix.

- Jain, vendredi 3 juin à 19h  - Parce qu'en tout début de festival, la jolie Jain a lancé les hostilités avec brio, seule sur scène avec son looper, et une pêche d'enfer.

- Kiltir, vendredi 2 juin à 22h30 - Parce que leur maloya, qu'il parle d'amour ou d'esclavage, vous serre le coeur autant qu'il donne envie de danser.

- Macy Gray, dimanche 5 juin à 20h15 - Parce que malgré les 32 heures de vol depuis Los Angeles dans les pattes - et les quelques verres de trop dans le nez - la voix éraillée de la diva titubante n'a pas perdu de sa superbe.

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Gvar, Posté
Pire que "subjectif", un top 5 où on trouve "Kiltir" et où on ne trouve pas Emir Kusturica et le No Smoking Orchestra, j'appelle ça un top fantaisiste moi... Entre le doublement palmé à Cannes, césarisé, ours d'argent, lion d'or etc etc., influence internationale majeure du jazz, qui a mis le feu à la Poudrière (ça débordait même), une foule surexcitée qui saute dans tous les sens au son de son "punk des balkans" et un groupe que n'importe quel Réunionnais qui sort un peu de sa caze a vu au moins 3 ou 4 fois et par hasard et son maloya certes énergique mais sommes toutes répétitif, pour moi on est au delà du subjectif, on est dans de la bêtise pure !