Filière canne-sucre :

Jean-Yves Minatchy : "l'article sur le prix de base de la canne est une formule vieillotte"


Publié / Actualisé
La Confédération générale des planteurs et des éleveurs de La Réunion a tenu un point presse ce dimanche 12 juin 2016. A l'ordre de la rencontre, la filière-canne : sa consolidation, mais aussi l'aide à la production et le prix de base de la tonne de canne à sucre. A 3 semaines du début de la campagne sucrière, Jean-Yves Minatchy, le président de la confédération revient également sur l'accord de libre échange signée entre plusieurs pays et considère par ailleurs que l'article 16 de la convention canne, qui concerne la prime de richesse et le prix du base de la canne est "vieillotte".
La Confédération générale des planteurs et des éleveurs de La Réunion a tenu un point presse ce dimanche 12 juin 2016. A l'ordre de la rencontre, la filière-canne : sa consolidation, mais aussi l'aide à la production et le prix de base de la tonne de canne à sucre. A 3 semaines du début de la campagne sucrière, Jean-Yves Minatchy, le président de la confédération revient également sur l'accord de libre échange signée entre plusieurs pays et considère par ailleurs que l'article 16 de la convention canne, qui concerne la prime de richesse et le prix du base de la canne est "vieillotte".

Dans le but de consolider la filière canne à La Réunion, 30 millions d'euros ont été versés par l'Etat et l'Europe. Selon le président de la confédération, "il faut consolider la filière canne et en même temps la population active agricole que nous avons à La Réunion. Les 30 millions que l'on a demandé vont aux usiniers. Il faut que l'on arrive à un partage équitable entre les planteurs et les usiniers, pour arriver à une bonne répartition" explique Jean-Yves Minatchy au micro de RTL Réunion.

Autre point abordé, l'aide à la production. La CGPER est restée vigilante à l'issue de l'accord de libre échange entre "l’Inde, l’Australie, la Thaïlande et la Nouvelle Zélande. "Nous nous sommes dit : cela va avoir un impact sur la filière cannes, c’est pour cela que l'on a demandé  à l’Etat de verser 12 euros d’augmentation d’aide à la production par tonne de canne aux planteurs".

Enfin, la prime de richesse ainsi que le prix de base de la tonne de canne a clôturé la rencontre : " l'article 16 de la convention canne est une formule "vieillotte". Il faut absolument que l’on revoit le prix de base et cette prime de richesse" conclut le président de la CGPER.

www.ipreunion.com
 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !