MENU

Objectif : répondre aux défis de l'outremer :

Stratégie de santé Outremer - Une feuille de route pour La Réunion et Mayotte jusqu'en 2023


Posté par
La ministre de la santé a arrêté une stratégie de santé pour les outremers le 26 mai 2016 afin d'apporter des réponses aux besoins spécifiques de ces territoires et dans un souci d'égal accès aux soins. Une feuille de route pour La Réunion et Mayotte, élaborée avec l'ARS Océan Indien, traduit ces orientations en 5 axes stratégiques, 22 objectifs opérationnels et des actions prioritaires à engager dès maintenant, ou poursuivre. La politique régionale de santé est ainsi renouvelée pour les 8 années à venir et partagée avec les acteurs de santé.
La ministre de la santé a arrêté une stratégie de santé pour les outremers le 26 mai 2016 afin d'apporter des réponses aux besoins spécifiques de ces territoires et dans un souci d'égal accès aux soins. Une feuille de route pour La Réunion et Mayotte, élaborée avec l'ARS Océan Indien, traduit ces orientations en 5 axes stratégiques, 22 objectifs opérationnels et des actions prioritaires à engager dès maintenant, ou poursuivre. La politique régionale de santé est ainsi renouvelée pour les 8 années à venir et partagée avec les acteurs de santé.

Marisol Touraine, ministre de la Santé, a présenté le 26 mai, en présence de George Pau-Langevin, ministre des Outremers, la stratégie de santé pour les Outre-mer. La stratégie nationale de santé est ainsi adaptée aux Outre-mer autour de 5 axes prioritaires et 62 actions, prenant en compte leurs spécificités géographiques, humaines et organisationnelles mais aussi, les inégalités de santé pouvant perdurer avec la métropole.

Cette stratégie répond à la demande des parlementaires ultra-marins, exprimée lors des débats sur la loi de modernisation de notre système de santé, promulguée le 26 janvier 2016.

Les acteurs et les usagers de la santé ont également été associés aux réflexions, au travers des conférences de santé et de l’autonomie de La Réunion et de Mayotte, animées depuis août 2015 par Chantal de SINGLY, missionnée par le ministère de la santé, et précédemment Directrice Générale de l’Agence de Santé Océan Indien (ARS OI).

Une feuille de route 2016-2023 pour La Réunion et Mayotte

Ce cadre national s’accompagne de feuilles de route, propres à chaque territoire ultra-marin, renouvelant les orientations de la politique de santé pour les 8 prochaines années.

Le contexte sanitaire et démographique des deux îles

L’ARS OI porte la politique de santé pour plus d’1,1 million d’habitants de La Réunion et de Mayotte. Ces deux départements français de l’Océan indien, distants de 1 400 kilomètres, se distinguent par leurs trajectoires historiques, culturelles, économiques et sociales. Ils partagent cependant des démographies dynamiques, avec l’anticipation nécessaire du vieillissement, un état de santé marqué par le poids des maladies cardio-vasculaires, et notamment du diabète et de ses complications, une santé périnatale dégradée, et une plus forte mortalité qu’au niveau national, des niveaux de développement économique, d’études et de ressources, très en retrait par rapport à la métropole, des risques sanitaires spécifiques aux zones tropicales, une offre de soins en développement, mais en forte saturation à Mayotte.

Les objectifs et actions retenues pour l’Océan indien

L’ARS OI s’est fortement investie dans l’élaboration de la feuille de route 2016-2023, validée par la ministre de la santé le 26 mai 2016. Ce document détaille les objectifs prioritaires, qui guideront l’action de l’ARS pour les prochaines années et orienteront l’élaboration du futur Projet Régional de Santé.

Pour certaines thématiques, les programmes précédemment engagés sont réaffirmés, notamment la lutte contre le diabète, le développement de l’offre de soins à Mayotte, la création de nouveaux services pour les personnes en situation de handicap ou en perte d’autonomie, le soutien budgétaire à la modernisation des établissements de santé.

Des éléments sont communs à La Réunion et à Mayotte, mais des réponses propres à la situation de chacune des îles sont également avancées, autour des 5 axes de la stratégie de santé pour les Outre- mer :

- Axe 1 : Améliorer l’état de santé, renforcer la prévention, lutter contre les inégalités sociales et territoriales de santé

Au-delà du renforcement des capacités d’observation en santé, la priorité est donnée à l’amélioration de la santé de la mère et de l’enfant, à la prévention du diabète et de ses complications, et à l’amélioration de la prise en charge du cancer.

- Axe 2 : Améliorer la veille, l’évaluation et la gestion des risques sanitaires

Sont ainsi retenues les actions en faveur de la réduction des risques environnementaux et en particulier, l’amélioration de l’accès à l’eau potable, le soutien aux stratégies et moyens de lutte contre les maladies vectorielles, et le renforcement des capacités de veille sanitaire dans le contexte tropical et international de nos îles.

- Axe 3 : Mieux répondre aux besoins de nos concitoyens dans le champ de l’autonomie (vieillissement et handicap) 
Prenant en compte le retard d’équipement des territoires ultramarins, mais également les avancéesexemplaires en matière d’inclusion sociale des personnes en situation de handicap, et de maintiendes liens sociaux des personnes âgées en perte d’autonomie, la création de services innovantspourra bénéficier d’un fonds national de 20 millions d’euros.

- Axe 4 : Viser l’excellence et l’efficience du système de santé en outre-mer et répondre aux défis majeurs du 21e siècle (démographies médicales, nouvelles technologies, enseignement, recherche, innovation)

L’attractivité des professions de santé sera soutenue, notamment par le développement des formations médicales, leur meilleur accessibilité pour les réunionnais et mahorais, et l’encouragement à l’exercice coordonné.

La recherche et l’innovation, autour des pathologies prioritaires, mais également la télémédecine continueront d’être encouragées localement pour mieux soigner, réduire l’isolement géographique, et offrir des opportunités aux étudiants et professionnels.

Un plan d’action est spécifiquement retenu pour Mayotte pour développer l’offre de soins de premier recours, la périnatalité, la chirurgie, la cancérologie, et le traitement de l’insuffisance rénale chronique.

- Axe 5 : Réduire les inégalités d’accès aux soins (géographiques et financières) et améliorer les prises en charge

Des engagements sont réaffirmés sur l’extension de la couverture complémentaire santé à Mayotte. L’accès à la santé des personnes en situation de handicap, la desserte des écarts, et la sécurisation des transferts sanitaires, depuis Mayotte ou La Réunion, sont également au nombre des engagements de cette feuille de route.

>> Les documents complets sont consultables en ligne

   

Mots clés :

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !