Après un hiver précoce, c'est la saison cyclonique qui commence...en juillet ! :

Le temps se gâte, c'est la faute à Abela, la tempête hors saison


Publié / Actualisé
Du vent et de la pluie. Jusqu'à demain, mercredi, Abela s'invite dans le ciel réunionnais, en plein mois de juillet. Preuve que le temps se détraque ? En retard, ou en avance, le phénomène est en tout cas inhabituel. "Mais ce n'est pas une première", nuance Philippe Caroff, chef prévisionniste chez Météo France. Des tempêtes tropicales en juillet, il y en a eu trois au cours des cinquante dernières années. Si Abela ne devrait pas présenter de danger, elle éveille au moins la curiosité.
Du vent et de la pluie. Jusqu'à demain, mercredi, Abela s'invite dans le ciel réunionnais, en plein mois de juillet. Preuve que le temps se détraque ? En retard, ou en avance, le phénomène est en tout cas inhabituel. "Mais ce n'est pas une première", nuance Philippe Caroff, chef prévisionniste chez Météo France. Des tempêtes tropicales en juillet, il y en a eu trois au cours des cinquante dernières années. Si Abela ne devrait pas présenter de danger, elle éveille au moins la curiosité.

Située à 690 km au Nord de La Réunion, d'après le dernier bulletin de Météo France diffusé à 4 h, "le système devrait être au maximum de son intensité lundi, ensuite il devrait commencer à s’affaiblir dans la nuit suivante et assez rapidement", détaille Philippe Caroff. En se décalant vers l’ouest, il va rentrer sur une zone défavorable, notamment parce qu'il va trouver une mer plus froide, qui devrait contribuer à ce qu'il perde de l'énergie. Le système a d'ailleurs été débaptisé ce mardi 19 juillet à 10 heures, en redevenant depression tropicale.

Comment Abela va affecter la météo des prochains jours

"Même si le coeur du système va passer assez loin au nord de nos côtes, les masses nuageuses associées au phénomène s’étendent très loin au sud, elles concernent l’île Rodrigues depuis lundi et les premiers nuages ont commencé à aborder l’île Maurice", décrit Philippe Caroff.

A La Réunion, "il devrait y avoir un changement de temps assez significatif, en cours de journée, ce mardi", toujours selon le prévisionniste. La faute à un "panache nuageux", qui va concerner l'île dans le courant de la journée d'aujourd'hui et jusqu’à mercredi, avec un temps qui va devenir très nuageux et temporairement pluvieux. Les pluies vont concerner une bonne moitié nord-est de l’île ainsi que les hauteurs, les précipitations les plus importantes étant attendues dans la nuit de mardi à mercredi. Un alizé de secteur Est très soutenu devrait également souffler en rafale sur la façade nord et sud.

Trois tempêtes tropicales enregistrées au mois de juillet au cours des 50 dernières années

Mais ce qui intrigue surtout, c'est la date à laquelle Abela vient flirter avec les côtes réunionnaises. "C’est un phénomène rare mais des tempêtes tropicales se sont déjà formées au mois de juillet. Le dernier phénomène baptisé, c’était la tempête tropicale Odette, en juillet 1971", rapporte Philippe Caroff. A l’époque, la saison cyclonique allait du 1er août au 31 juillet, ce qui faisait que les systèmes de juillet arrivaient en fin de saison. Ce calendrier a été modifié à la fin des années 90, et la saison cyclonique s'étend maintenant du 1er juillet au 30 juin. "Mais tout cela est un peu artificiel, les perturbations tropicales peuvent se fermer prioritairement en été mais, comme on le voit actuellement, il n’est pas impossible qu’elles se forment pendant l’hiver", poursuit le prévisionniste.

En plus d'Odette, une autre tempête s'est formée, en juillet 1997, mais à l'époque, en temps réel, elle n'avait été considérée que comme une dépression tropicale, et n'avait été réanalysée en tempête tropicale modérée qu'après coup.

Paradoxe météorologique

Tardive ou précoce, Abela est donc surtout hors saison, puisqu’elle arrive en plein hiver. Mais pour le prévisionniste de Météo France, rien ne permet d'établir un quelconque lien avec le changement climatique.  "D’ailleurs, on a un hiver plutôt froid, cela paraît contradictoire d'avoir une tempête tropicale, note Philippe Caroff. Dès le 8 mai, on est passé, quasiment sans transition, d’un été plus chaud que la normale à un hiver précoce et rigoureux. Peut-être que dans 50 ans, il sera moins rare d’observer un phénomène de ce type au mois de juillet, mais pour l’instant, rien ne permet de le dire".

A noter que la saison cyclonique qui vient de s'écouler a été calme : aucune alerte n'a été déclenchée à La Réunion. Mais elle avait déjà été marquée par une bizarrerie climatique : en avril dernier, Fantala, tardif, puissant, indécis, avait fait plusieurs "tourné viré" dans le ciel de l'Ocean Indien. Au passage, il avait même marqué l'histoire cyclonique en entrant dans le cercle très fermé des trois plus puissants cyclones jamais observés dans le Sud-Ouest de l'Océan Indien.

 

www.ipreunion.com
 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !