Saint-André :

Poisson pourri dans les rayons d'un magasin


Publié / Actualisé
Ce mercredi 20 juillet 2016, surprise de mauvais goût dans les rayons d'une surface de vente à Saint-André. Des poissons avariés étaient proposés aux clients du magasin. Ce matin, Jean-Hugues Ratenon a mené une opération coup de poing contre la vente de ces aliments.
Ce mercredi 20 juillet 2016, surprise de mauvais goût dans les rayons d'une surface de vente à Saint-André. Des poissons avariés étaient proposés aux clients du magasin. Ce matin, Jean-Hugues Ratenon a mené une opération coup de poing contre la vente de ces aliments.

L'affaire aurait déjà été portée à l'attention de la direction samedi dernier. Selon Jean-Hugues Ratenon, intervenu sur Radio Freedom ce matin, les produits concernés ont été remis en vente aujourd'hui. Sur les images, des vers peuvent être observés dans la chair des poissons. Ca met l'eau à la bouche !

En milieu d'après-midi, le groupe Vindémia, Jumbo Score a tenu à préciser qu'il n’est pas concerné par ce problème sanitaire"

www.ipreunion.com

   

Mots clés :

    2 Commentaire(s)

    La memoire du poisson rouge, Posté
    hopitaux, ecole, poste, on fait chaque fois le constat des services publics qui se degradent et on en oublie les causes. Pour le DGCCRF on se reporte à la question ecrite en 2013 de la senatrice communiste Evelyne Didier:

    https://www.senat.fr/questions/base/2013/qSEQ130305416.html

    Cette administration a vu son éclatement entre diverses entités administratives sans liens hiérarchiques entre elles et sans lien hiérarchique direct avec la direction générale, coupant ainsi des relais essentiels à son bon fonctionnement.
    De plus, 600 emplois ont été supprimés portant le nombre d'agents à 3 000, certains départements ne comptant que cinq agents. Si force a été de constater la réactivité et l'efficacité des agents de la DGCCRF dans l'affaire des lasagnes au cheval, leur travail a été fait dans l'urgence et toute affaire cessante. Or, les enquêtes d'anticipation et de prévention des fraudes sont longues et complexes et nécessitent du personnel nombreux et aux compétences techniques développés et entretenues. De ce fait, la baisse des effectifs nuit profondément à l'efficacité de l'action de la DGCCRF et peuvent conduire à des situations graves et contraires à l'intérêt du service public. Quelle capacité aura demain la DGCRFF à faire face à une éventuelle crise sanitaire ?
    Lambda, Posté
    serai bien dire a nou c kel magasin, zot lé comik !