"Tous les signes précurseurs" d'une éruption selon l'Observatoire volcanologique du Piton de la Fournaise :

La Fournaise ne dort que d'un oeil


Publié / Actualisé
Le Piton de la Fournaise toussote et remue dans son sommeil depuis le 13 juillet dernier. Dans son bulletin d'activité du jeudi 28 Juillet 2016, l'Observatoire volcanologique du Piton de la Fournaise fait état d'une multitude de séismes, des effondrements et des déformations. "Pour l'heure, on a tous les signes précurseurs qui montrent qu'on a une remontée de magma depuis les profondeurs jusqu'au réservoir qui se trouve au niveau de la mer", résume l'Observatoire. Cette phase peut durer entre une et plusieurs semaines avant que le magma atteigne la surface et aboutissent à une éruption. Cependant, à ce stade, il n'est pas exclu que l'activité s'arrête, et "que le soufflet retombe", remarque l'OVPF.
Le Piton de la Fournaise toussote et remue dans son sommeil depuis le 13 juillet dernier. Dans son bulletin d'activité du jeudi 28 Juillet 2016, l'Observatoire volcanologique du Piton de la Fournaise fait état d'une multitude de séismes, des effondrements et des déformations. "Pour l'heure, on a tous les signes précurseurs qui montrent qu'on a une remontée de magma depuis les profondeurs jusqu'au réservoir qui se trouve au niveau de la mer", résume l'Observatoire. Cette phase peut durer entre une et plusieurs semaines avant que le magma atteigne la surface et aboutissent à une éruption. Cependant, à ce stade, il n'est pas exclu que l'activité s'arrête, et "que le soufflet retombe", remarque l'OVPF.

"Il suffit de pas grand chose pour que le magma arrive à la surface", note néanmoins l'Observatoire. A ce jour, la sismicité, les déformations et les émissions de gaz témoignent d'une reprise de l'activité au Piton de la Fournaise depuis une dizaine de jours. A titre de comparaison, cette sismicité avait duré deux mois avant l'éruption de février 2015, alors qu'elle avait duré à peine une semaine avant celle de mai 2015. Concrètement, on peut s'attendre à une éruption mais on n'a "aucune idée du timing", nuance l'OVPF.  D'ailleurs, ces signes sont précurseurs mais peuvent ne pas aboutir à une éruption. "Ils avaient ainsi été observés en août et octobre 2015, mais cela s'était stoppé" sans que le volcan entre en phase éruptive, observe encore l'OVPF.

Les données collectées par l'observatoire

Depuis la reprise de la sismicité le 13 Juillet 2016, l’OVPF a enregistré au total, 163 séismes volcano-tectoniques superficiels - entre 0 et 2 km sous la surface - sous les cratères sommitaux, avec deux pics principaux les 19 Juillet (19 séismes) et 26 Juillet (33 séismes) derniers. A noter également 18 séismes locaux, sous l’île ainsi que 226 effondrements, dans le Cratère Dolomieu, au niveau du rempart de l’Enclos Fouqué et sur la coulée d’Août-Octobre 2015. De même, le bulletin fait état d'une reprise de l’inflation enregistrée depuis le 13 Juillet 2016, et qui se poursuit à des taux similaires à ceux enregistrés avant les éruptions de 2015 et 2016 (élongation sommitale d’environ 1 mm/jour). Enfin, depuis le 21 Juillet, "une augmentation modérée des concentrations moyennes en H2S est détectée dans les émissions du sommet. Des chutes en concentration CO2 sol sur les stations lointaines (Plaine des Cafres) pourraient marquer des épisodes de transfert magmatique profond vers de plus faibles profondeurs. Ceci est en adéquation avec la reprise de la sismicité et des déformations.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !