Le gel a durement touché les terres agricoles du Sud :

AUDIO - Légumes - Après le gel, la pluie dans l'est


Publié / Actualisé
La commune du Tampon a pris plusieurs dispositions pour aider les agriculteurs et éleveurs des hauts de la commune à faire face au froid qui sévit sur les exploitations. Fourrages brûlés, production en baisse, les très basses températures menacent également les maraîchers de la zone concernée, qui se trouve à 1 600 mètres d'altitude. Pour l'heure, André Thien Ah Koon a lancé plusieurs procédures auprès de Téréos et de la Sicalait, ainsi qu'un appel aux collectivités, pour débloquer des aides grâces aux fonds européens existants. Le conseil départemental et la préfecture devraient rendre compte des moyens mis en oeuvre pour l'aide aux agriculteurs en difficulté. Dans le même temps, sur le marché forain, les consommateurs savent que la saison n'est pas propice aux fruits et légumes sans défaut. Du côté des cultivateurs, la pluie peut être un véritable fléau, en plus de celui du froid.
La commune du Tampon a pris plusieurs dispositions pour aider les agriculteurs et éleveurs des hauts de la commune à faire face au froid qui sévit sur les exploitations. Fourrages brûlés, production en baisse, les très basses températures menacent également les maraîchers de la zone concernée, qui se trouve à 1 600 mètres d'altitude. Pour l'heure, André Thien Ah Koon a lancé plusieurs procédures auprès de Téréos et de la Sicalait, ainsi qu'un appel aux collectivités, pour débloquer des aides grâces aux fonds européens existants. Le conseil départemental et la préfecture devraient rendre compte des moyens mis en oeuvre pour l'aide aux agriculteurs en difficulté. Dans le même temps, sur le marché forain, les consommateurs savent que la saison n'est pas propice aux fruits et légumes sans défaut. Du côté des cultivateurs, la pluie peut être un véritable fléau, en plus de celui du froid.

Il semblerait que le froid mène la vie dure aux fruits et légumes les plus vulnérables. Le gel a largement frappé les terres des hauts du Sud, tandis que l'Est continue d'enchaîner les périodes pluvieuses. Forcément, la météo se ressent sur les étals, même si le gel n'a pas encore atteint les maraîchers. Pour l'heure, les cultivateurs ont peur d'une saison trop pluvieuse au moment des récoltes, pour la vanille par exemple, tandis qu'ils ont encore en mémoire la large période de sécheresse du mois d'avril dernier, comme l'explique Mme Gismi, qui est productrice de fruits à Sainte-Suzanne.

Pour Yoland, qui cultive les brèdes à Sainte-Marie, le pire à éviter est la moisissure sur les légumes, causée par la pluie,

La pluie peut tout de même être bénéfique, puisque "il y avait besoin d'un peu d'eau", selon M. Boyer, produteur de l'est.

Dans le même temps, les collectivités du Sud essayent de venir en aide aux agriculteurs les plus touchés par le froid. Dans un communiqué rendu public le 25 juillet dernier, le maire du Tampon avait déjà prévenu des démarches entreprises pour l’aide des agriculteurs de la Plaine des Cafres, durement touchés par les basses températures, et le gel qu’elles entraînent. "Les phénomènes de gel ont gravement affecté les pâturages des éleveurs. Les cheptels sont considérablement affaiblis du fait du manque de fourrage. Ce contexte climatique fragilise toute une filière déjà confrontée à des difficultés structurelles et met en péril les exploitations, ainsi que la production de viande et de lait" avait-il écrit.

Pour l'heure, les demandes d'aides par le biais de fonds européennes ont été faites auprès de la préfecture et du conseil départemental. Au vu de l'ampleur des difficultés pour les éleveurs de bovins face au manque de fourrage, Téréos a soumis à la mairie du Tampon une réponse favorable quant à la reconstitution des stocks auprès des éleveurs.

La centralisation des demandes a été prise en charge par la Sicalait, afin de respecter au mieux les besoins des agriculteurs dans cette période difficile.

www.ipreunion.com

   

Mots clés :

    Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !